banner ong educaction

Bénin/Education : Le Memp priorise le personnel enseignant dans son budget 2018

Près de 70% du budget, exercice 2018 du ministère des Enseignements Maternel et Primaire (Memp)  est réservé  à son  personnel, notamment  celui enseignant.

C’est l’essentiel  à retenir de la déclaration du Ministre Karimou  Salimane  au terme de la présentation dudit budget  à la commission budgétaire du parlement. Il s’évalue à 106.394.300.000 Fcfa contre 107 milliards Fcfa pour le compte de l’année 2017.

« …Le budget du ministère des enseignements maternel et primaire pour le compte de l’année 2018, conformément au cadre de dépenses à moyens terme c’est-à-dire le CDMT qui a été mis à notre disposition se chiffre à 106. milliards 394.millions 300 mille Fcfa contre 107 milliards Fcfa pour le compte de l’année 2017. Ce qui fait constater une diminution de 1,30 milliards Fcfa. Cela peut se comprendre parce que de façon générale, le budget de l’État ne porte pas le même montant que l’année 2017. Ce budget est établi sur la base des programmes essentiels qui fondent le sous secteur des enseignements maternel et primaire. Le budget prend en compte la gestion, le pilotage du sous-secteur des enseignements maternel et primaire, les questions liées à l’accès, à l’équité et à la rétention dans le sous-secteur y compris la question liée à la qualité de l’enseignement. Donc ces trois programmes là sont suffisamment pris en compte. De même, ce qui est lié au personnel qui anime ce sous-secteur là est également pris en compte. Je dois dire que  malgré la diminution, nous avons fait l’effort de prendre en compte les préoccupations du personnel enseignant. L’État va en recruter à partir de cette année et sur le budget 2018. Ceux qui sont déjà en activité bénéficieront de certains avantages. Ce qui fait que la part réservée au personnel tourne environ autour de 70% de ce budget là. Donc voilà, de façon globale ce que nous pouvons dire. Je ne vais pas oublier de dire que les questions relatives aux cantines scolaires sont prises en compte et les montants de 2017 sont reconduits in extenso et également tout ce qui est lié au bon fonctionnement de l’école notamment la question d’infrastructures scolaires. Le gouvernement a fait l’option désormais pour plus d’efficience de confier la question des infrastructures scolaires à une agence (…) Les députés ont été très intéressés par le budget des enseignements maternel et primaire et à la limite, ils ont estimé que ce que l’État a mis à notre disposition n’est pas encore à la hauteur des attentes et des besoins. Ils ont promis peser de leur poids pour qu’il y ait une amélioration notamment en ce qui concerne ce qui est lié aux infrastructures scolaires. Ils ont été très préoccupés par cela et nous avons essayé de dire que ce qui relève des transferts de compétences aux collectivités locales a été fait. Également ce qui vient des partenaires techniques et financiers, nous l’avons pris en compte. Cependant, ils ont estimé que l’État doit pouvoir encore fait des efforts en matière d’investissement au niveau du ministère des enseignements maternel et primaire. De façon globale, ils ont estimé qu’un travail se fait au niveau du sous-secteur des enseignements maternel et primaire et ce travail permet d’avoir désormais des résultats et qu’il ne faut pas arrêter en si bon chemin, qu’il faut continuer de faire des efforts et que l’État doit mettre tout en œuvre pour accompagner ce sous-secteur ».

Esckil AGBO

 

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.