banner ong educaction

Vulgarisation du code de l’enfant dans l’éducation | ReSPESD forme les directeurs et maîtres des écoles

Pour que le code de l’enfant ne soit pas un ramassis de textes visant à protéger les enfants contre toute forme de maltraitance,

le Réseau des structures de protection des enfants en situation difficile (ReSPESD) a prévu dans son agenda échanger avec une trentaine de directeurs et maîtres des écoles primaires publiques et privées pour une meilleure connaissance de l’application des textes dudit code. Cette séance d’échanges a eu lieu au village d’enfants Sos Abomey-Calavi, le samedi 18 novembre 2017.

«Que les acteurs du secteur de l’éducation s’approprient le code de l’enfant et l’appliquent à partir de leur domaine d’activités d’une part, qu’ils commencent à abandonner les comportements traditionnels liés notamment aux châtiments corporels d’autre part », tels sont les résultats attendus du projet de vulgarisation du code de l’enfant dans les écoles primaires. Il s’agit pour le réseau d’échanger avec les directeurs et les maîtres des écoles primaires des cours moyens (Cm1 et Cm2) pour un meilleur usage du code et une meilleure protection des enfants. Raymond Vodonnou, coordonnateur Atlantique du ReSPESD, a rappelé, au cours de la cérémonie, le contexte de cette initiative et précisé quelques-unes des sanctions prévues par le code en cas de non-respect des dispositions juridiques. L’échange avec les acteurs du système de l’éducation s’est également porté sur le concept de ‘‘mobilité des enfants’’ qui demande à ne pas considérer un enfant en aventure comme celui maltraité mais plutôt un enfant en déplacement pour un but donné. D’autres sous-thèmes tels que migration, traite, aventure, déplacement et situation de réfugiés sont connexes au thème mobilité. Le coordonnateur Atlantique du ReSPESD a informé que malgré les textes disparates sur l’interdiction du ‘‘châtiment corporel’’ dans l’éducation, certains directeurs et maîtres font fréquemment recours aux bâtons pour redresser les écoliers qui viennent parfois à perturber leurs cours. A travers des exemples, les maîtres invités à cet échange ont reconnu qu’avec les bâtons leur message passe. Face à cela, Raymond Vodonnou a promis leur donner des outils alternatifs aux châtiments corporels.

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.