banner ong educaction

Conclave des acteurs francophones de l'Alphabétisation à Cotonou | Vers la validation des référentiels de compétences

Une douzaine de pays francophones prend part depuis ce matin au Bénin Royal hôtel de Cotonou à la deuxième phase de la recherche action sur la mesure des apprentissages des bénéficiaires  de programme d’alphabétisation (RAMAA II).

Initiative du bureau régional de l'UNESCO Abuja et  de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, ce troisième atelier technique sur les référentiels de compétences fait partie de l’une des activités phares de la deuxième phase du RAMAA II.

 « Valider les référentiels de compétences harmonisés de la RAMAA II ; échanger sur la structure du cadre d’évaluation de la RAMAA II ; discuter des plans d’actions de chaque pays conformément  au calendrier des activités de RAMAA II et enfin échanger sur la préparation des rayons ». Ce sont là, les objectifs que vise l’atelier technique sur les référentiels de compétences. Pour la spécialiste des questions éducatives à Abidjan et représentante de la Directrice de l’UNESCO Rokhaya Diawara, la tenue de cette activité phare qui s’inscrit dans le cadre de la  RAMAA II, vient à point nommé. «  L’atelier qui nous réunit aujourd’hui, nous donne encore une fois, l’occasion de discuter, de planifier,  et d’agir sur un des plus grands défis de l’Afrique ; l’alphabétisation», a-t-elle rappelé pour contextualiser le rendez-vous de Cotonou. Pour Siaka Coulibaly, le Coordonnateur résident du système des Nations Unies, « L’enjeu est de taille dans le contexte où, l’analphabétisme des jeunes en l’occurrence, constitue l’une des causes majeures de violence dans le monde ». Occasion pour lui,  de réitérer à l’endroit des gouvernements politiques, le plaidoyer des Nations Unies pour une meilleure dotation des ressources humaines, matérielles et financières à la cause de l’alphabétisation. En procédant à l'ouverture officielle de l'atelier, le ministre béninois des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Mahougnon Kakpo s'est réjoui de l’accompagnement de l’UNESCO dans l’atteinte des objectifs. Pour lui, certains pays africains disposent dans leur politique générale des stratégies de développement du secteur de l’alphabétisation et de l’éducation en langues nationales.  Ceci a-t-il dit, pour aller vers le développement durable et la paix. « Mais l’une des entraves essentielles à cette volonté manifeste de nos politiques publiques est sans nul doute, l’analphabétisme sans cesse croissant des jeunes et des adultes hors système scolaire. », a déploré l'autorité ministérielle avant d'applaudir l'initiative de l'Institut de l'UNESCO pour y remédier. << C’est dans  la recherche de solutions à cette perdition que l’Institut  de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie a initié ce creuset dénommé "Recherche-Action sur la Mesure des Apprentissages des bénéficiaires  de programme d’alphabétisation".  Mon pays s'emploie à jouer toute  sa partition, malgré les contraintes budgétaires auxquelles nous sommes >>, a déclaré Mahougnon Kakpo qui dit ne point douter de la qualité des travaux de cet atelier qui prend fin jeudi prochain.

Giraud TOGBE & Romuald LOGBO

DSC 0472

DSC 0495

DSC 0546

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.