RAVIP 02

Fuites d’épreuves sur les réseaux sociaux en Inde : Près de 3 millions de lycéens obligés de repasser leurs examens de fin d’études

Pendant que l’école béninoise cherche éperdument et vainement ses repères et qu’au Sénégal, le système éducatif est paralysé en raison d’un mouvement de débrayage des enseignants pour l’augmentation de l’indemnité de logement, l’Inde vient d’enregistrer sa secousse avec la reprise des examens.

Des millions de lycéens indiens devront donc repasser leurs examens de fin d’études secondaires après la fuite des sujets sur les réseaux sociaux. Selon le site de la Radio France Internationale (Rfi) qui a rapporté les propos tenus par le Ministre indien de l’Education, Prakash Javadekar, le 29 mars 2018, une enquête est en cours pour établir comment les épreuves de mathématiques et d’économie ont pu fuiter sur WhatsApp avant les examens de lycée. « Je comprends la douleur et la frustration des lycéens », a martelé l’autorité ministérielle, à en croire la même source, vu que ces examens sont cruciaux pour être admis dans les plus prestigieuses universités du pays. « Les criminels qui en sont responsables ne seront pas épargnés. Je suis sûr que la police va bientôt les attraper. Je peux vous assurer que nous allons améliorer le système et le rendre infaillible », a poursuivi le Ministre indien de l’Education, Prakash Javadekar. Cette nouvelle situation de fuite d’épreuves à la veille des examens vient alourdir la charge et les critiques formulées contre le gouvernement indien à qui on reproche déjà les fuites de sa base de données Aadhaar, qui contient les données personnelles de plus d’un milliard d’Indiens. A en croire une bonne frange de l’opinion indienne, rapporte Rfi, il s’agit d’un nouveau revers pour le gouvernement indien déjà au banc des accusés.

Des critiques latentes...

En plein scandale de données mal protégées sur Facebook, le gouvernement et l’opposition indiens s’accusent mutuellement de se servir d’informations personnelles des usagers. «2,8 millions d’étudiants repasseront leurs examens !! Est-ce une blague ? Qui est responsable de ce gâchis », écrit sur son compte Twitter Rahul Gandhi du parti du Congrès dans l’opposition, rapporte le site de la Radio France Internationale (Rfi). La tricherie lors des examens est très répandue en Inde, y compris via le versement des pots-de-vin pour acheter les sujets à l’avance, mais il existe des astuces plus élaborées, renseigne cette source. Déjà, en 2015, des centaines de personnes avaient été ainsi arrêtées dans l’Etat de Bihar, dans l’est du pays, après avoir escaladé les murs d’écoles pour fournir des antisèches à leurs proches en train de passer l’examen. On admet alors cette décision de reprise des examens prise par le gouvernement indien qui entend assainir le système éducatif du pays avec plus de rigueur dans l’organisation des examens.

Serge David ZOUEME