banner ong educaction

Conférence sur le financement de l’éducation à Dakar : Convergence d’actions des chefs d’Etat pour promouvoir la scolarisation des enfants

L’unité d’actions pour soutenir la scolarisation des enfants dans le monde, en l’occurrence dans les pays en voie de développement, a pris une nouvelle tournure à travers la conférence qui s’est tenue, la semaine écoulée, à Dakar (Sénégal) sur le financement de l’éducation.

 

Les statistiques sont effarantes. Au total, ce sont 264 millions d’enfants à travers le monde qui ne peuvent pas aller à l’école, un problème qui touche 65 pays mais qui concerne l’ensemble de la communauté internationale, renseigne le site Rfi. C’est en cela que la troisième conférence mondiale de restitution des ressources du Partenariat Mondial pour l’Education qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal, constitue une opportunité pour mobiliser 3.1 milliards de dollars pour la période 2018-2020. « Ce financement vise à soutenir 370 millions d’enfants dans 89 pays en développement dans lesquels vivent 78 % des enfants non scolarisés du monde », selon l’Organisation des Nations Unies (ONU). Pendant les échanges inscrits dans le cadre de la conférence, il a été surtout question de trouver de l’argent pour financer l’éducation. Le président Emmanuel Macron arrivé jeudi soir à Dakar, a co-présidé la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation avec Macky Sall. D’autres chefs d’Etat africains à l’instar de Mahamadou Issoufou du Niger ou encore Faustin Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso ont participé au sommet. La chanteuse Rihanna, ambassadrice du Partenariat mondial pour l’éducation (PME), a aussi plaidé en faveur des enfants en demandant au président français, Emmanuel Macron, de faire un don de 250 millions d’euros pour l’accès à l’éducation pour tous. Au Sénégal, il s’agit d’aider le pays à être un laboratoire de l’éducation, de l’école primaire aux études supérieures. Dans la vision d’Emmanuel Macron, l’éducation, priorité en France, doit aussi l’être en Afrique. Au cours de cette visite, le chef de l’Etat français a procédé à l’inauguration du premier des 17 collèges qui seront bâtis à Dakar, puis annoncé la création d’une université sénégalo-française, un campus scientifique. Plus globalement, tous les acteurs s’accordent pour dire que l’éducation est sous-financée dans les pays en développement. D’où ce sursaut d’orgueil des autorités au sommet des Etats.

Serge David ZOUEME