banner ong educaction

Education pour tous au Bénin : 17,7% des enfants bouviers sont des filles

Le droit à l’éducation des enfants béninois qui occupe les colonnes de votre journal depuis plusieurs mois s’intéresse aujourd’hui aux enfants bouviers.

L’analyse au niveau national conduite par l’INSAE sur financement de l’Unicef révèle que 82,3% des enfants bouviers sont des garçons contre 17,7% de filles. L’analyse des enfants bouviers selon le département et le sexe révèle que c’est le département de l’Alibori avec 36,1% qui a la plus grande proportion d’enfants bouviers, suivi par celui du Borgou (29,4%), puis des départements de l’Atacora, des Collines, de la Donga et du Zou, avec respectivement 14,3%, 10,7%, 5,9%, et 2,6%. Ces enfants dont le métier est de garder et de conduire les bovins sont exclus du système éducatif. Le combat pour l’éducation universelle des filles reste donc d’actualité tant et si bien que les politiques publiques devront définir de nouvelles stratégies pour permettre aux enfants filles d’aller le plus loin possible dans leurs études afin de se donner quelques chances d’autonomisation dans une société encore traditionnelle comme le Bénin où la femme est reléguée au second rang. Dans les gouvernements successifs qui ont dirigé le Bénin depuis les indépendances, il n’y a eu que des soupçons de postes ministériels féminins à côté de la pléiade réservée de droit aux hommes. Il faut être une femme d’exception pour arriver à infiltrer la jungle politique. Or, les femmes ont prouvé à maintes reprises, leurs capacités de bonne gestion. Comment donner une chance à la femme dans ce contexte socio culturel où entre 6 et 17 ans, elles sont corvéables à merci derrière les bovins de toutes sortes. Quelle est la responsabilité des collectivités locales aux yeux et à la barbe desquelles se déroule cet avilissement continu de la femme. La situation est préoccupante et au nom du droit à l’éducation, toutes les filles doivent aller à l’école. Il y va de la responsabilité de tous !

Ulrich Vital AHOTONDJI