banner ong educaction

Il faut aider l’enfant à développer un esprit critique

Nombre de parents ne laissent pas le choix à leurs enfants. Au contraire, ils leur donnent des injonctions et des consignes face à un comportement observé.

Pour que l’enfant ne soit pas en désaccord avec l’autorité parentale et que celle-ci sache comment faire avec l’enfant pour son devenir meilleur, Almira Simiclah, éducatrice spécialisée au Village d’enfants SOS Abomey-Calavi, invite les géniteurs à s’intéresser à tout ce que leur enfant leur dit et à l’instruire sur ce qui est nécessaire de faire dans une situation donnée. Elle attire l’attention des parents sur l’intervalle d’âge (0-8ans) qui est la période d’une réelle éducation.

A quel moment du développement de l’enfant les parents peuvent fouetter son choix positif ?

L’éducation de l’enfant se passe jusqu’à l’âge de sept ou huit ans. C’est à ce niveau précis que l’enfant est éduqué. Après cet intervalle d’âge, l’enfant n’est plus éduqué, au contraire il est rééduqué. Donc, si les parents ont fait tout le nécessaire pour s’occuper de l’éducation de l’enfant durant cet intervalle d’âge, le choix de l’enfant ne peut plus surprendre parce qu’ils auraient donné une éducation à l’enfant. En conséquence, les parents le connaissent bien. Quelle que soit la situation qui se présente dans la vie, les parents ont déjà apprêté chez l’enfant le choix qu’il doit faire. Les parents avertis ne se montrent jamais étonnés. ‘‘Ils disent mon enfant est capable de faire ceci ou cela. Même si les autres doutent en se demandant si c’est votre enfant qui a fait ça, les parents peuvent dire qu’ils croient que leur enfant en est capable’’.

Comment les parents peuvent s’y prendre pour créer ce choix positif chez l’enfant ?

Il s’agit d’avoir l’esprit critique par rapport à tout ce qui se passe autour de votre enfant. Lorsque vous discutez, par exemple, par rapport à ce qui se passe, lorsque vous regardez un dessin animé avec l’enfant ou lorsque l’enfant vous raconte le comportement de son ami, il faut échanger avec lui sur ce qu’il a vu et essayer d’avoir son opinion. Il est nécessaire d’ajuster les choses si vous voyez que l’opinion de l’enfant n’est pas assez positive ou n’est pas ce qu’elle doit être. C’est la manière qu’il faut employer pour développer progressivement chez l’enfant un esprit critique par rapport à ce qui se passe. A partir de là, vous savez que s’il se retrouve dans une situation compliquée, il fera toujours un bon choix.

Est-il conseillé que le parent soit la première personne à toujours parler du choix de l’enfant ?

Quel que soit ce qui se passe, le parent ne doit pas parler en premier. Il faut demander à l’enfant ce qu’il pense de la situation ou du comportement ou encore ce qu’il faut faire dans une situation donnée. C’est lorsque l’enfant aura développé sa manière de voir les choses que vous allez attirer son attention sur certaines choses et les conséquences qui en découlent. Il faut toujours faire le lien avec l’effet. Cela peut être au moment où l’enfant commence par se mouvoir ou se déplacer. On dit déjà à l’enfant si tu vas là-bas, c’est chaud. On parle déjà à l’enfant et on lui permet d’avoir cette capacité d’apprécier la situation par rapport aux conséquences que son comportement va engendrer. Il faut dire que les enfants n’ont pas cette capacité de faire le lien de cause à effet.

C’est ce lien de cause à effet qu’il faut développer chez l’enfant. Si l’enfant sait que ce comportement aura tel effet sur lui et l’effet ne sera pas limité seulement sur le fait que mon papa ou ma maman sera fâchée. Il faut expliquer à l’enfant pourquoi sur le point de vue social, ce comportement n’est pas bon et lui dire les effets dans sa vie avec les autres et aller au-delà et lui dire que tout cela va entacher de façon négative sa propre vie. Il faut dire, par exemple, à l’enfant que si ses amis travaillent et ils passent en classe supérieure, est-ce qu’il va se sentir bien dans la situation où il devra redoubler la classe ? Il faut déjà créer l’image de ce futur dans sa tête. Donc, il faut aider les enfants à construire ce lien.

Est-ce qu’il est bon de laisser le choix à l’enfant ou lui donner des consignes ?

Quand l’enfant est très petit on explique pourquoi ce n’est pas bon. Il faut que toutes les consignes soient accompagnées d’explications.

Comment un parent peut montrer un comportement exemplaire à son enfant ?

Le parent doit avoir le courage d’avouer ses faiblesses à l’enfant. C’est cela la différence. Expliquez-lui que vous n’avez pas raison ou vous n’avez pas eu le temps de bien écouter pour comprendre ce qui s’est passé, et vous excuser. La prochaine fois je ferai beaucoup plus attention et je prendrai du temps pour qu’on discute.

Mais, si votre enfant est tout le temps secoué et n’a pas le courage d’attirer votre attention sur ça, c’est là où c’est un problème parce que cela prépare un conflit à l’adolescence. L’enfant, en ce moment, va collecter toutes les injustices qui viennent de vous et va vous les retourner à l’âge adolescent. Il vous rappellera tout ce que vous avez fait de mal. Si vous avez des échanges avec l’enfant, il vous dira, de manière polie, papa ou maman ceci ce n’est comme ça. Il ne sert à rien de rester dans l’hypocrisie et encaisser pendant longtemps.

Hermann M. SAGBOHAN