RAVIP 02

Ce comportement d’interdiction fait que l’intelligence de l’enfant ne lui permet pas de comprendre

Dans le premier numéro de cette série, nous avons parlé des facteurs stimulateurs de l’éveil de l’enfant avec Agnès Kougbéagbédé.

Dans ce numéro, elle parle d’autres facteurs qui, par leur bon usage, participent au développement de l’enfant dont l’alimentation et la socialisation.

Comment l’alimentation peut-elle favoriser l’éveil chez l’enfant ?

L’alimentation de l’enfant est importante pour stimuler son éveil parce qu’un enfant malnutri et un enfant bien nourri ne peuvent pas se développer de la même manière. Sur le plan physiologique, l’enfant a besoin d’un aliment complet. Nous conseillons généralement aux mamans que leurs enfants soient nourris au lait maternel jusqu’à l’âge de six mois et progressivement on peut commencer à introduire les aliments tels que la bouillie de soupe, la purée etc. jusqu’à ce que la dentition commence et que l’enfant commence à manger les aliments qui ne sont pas assez durs comme la pomme de terre, la pâte, les carottes, les fruits.

Dans sa découverte du monde extérieur, l’enfant touche à tout. Comment l’en empêcher ?

Les interdictions non suivies d’explication pour les tout petits ne sont pas une bonne chose. Lorsque l’enfant touche à quelque chose, et ses parents le lui interdisent sans lui donner des explications, il y a problème. Si, par exemple, un enfant va vers le feu, si vous lui dites de ne pas y aller, prenez soin de lui expliquer que le feu est dangereux. Donc, il y a des choses que nous faisons pour plutôt inhiber l’enfant sans nous en rendre compte. L’enfant est censé découvrir son monde. Ce sont les parents qui doivent tout faire pour que les objets qui leur sont importants ne soient pas à sa portée. Un enfant, par exemple, qui tombe n’est pas dramatique parce que cela fait partie de son développement. L’enfant doit également se sentir sur le plan émotionnel et commencer à sentir la différence entre la joie et la tristesse parce que cela fait partie de son développement.

Le fait d’interdire à l’enfant de ne pas faire des graffitis sur les objets sensibles a-t-il des conséquences sur son éveil ?

Lorsque j’ai échangé avec les parents par rapport à ce comportement des enfants, j’ai remarqué que c’est une activité qui ne plaît pas aux parents. En fait, l’enfant fera toujours des graffitis. Prenons le cas où l’enfant voit le bic de papa sur ses documents, il commence par faire des graffitis sur les documents. Ce geste lui a fait plaisir, cela lui a permis de croire qu’il peut faire quelque chose. Ce geste de l’enfant est une découverte très importante car, cela lui a donné l’impression que lui-même peut créer. Et quand il sera encore devant le bic et le papier, il produira encore des ratures. C’est pareil pour l’enfant qui est au contact de l’eau. Il va la toucher. Maman a beau crier, l’enfant ne comprend pas tous ces cris. Etant en contact avec les objets, il constatera que le ballon est différent de l’eau... L’enfant découvre, avec le toucher, que les objets sont faits de matières différentes et qu’ils peuvent avoir des caractéristiques différentes. Alors, le fait de lui interdire ne lui laisse pas l’opportunité de faire ses propres expériences. Il faut vraiment créer un environnement qui favorise l’éveil de l’enfant et qui ne met pas l’enfant en danger. Les centres où travaillent les professionnels du métier, ils savent comment accompagner les enfants. Dès qu’un enfant touche la chose, le professionnel qui accompagne l’enfant peut lui dire que c’est bien et l’encourage en lui parlant des formes d’objets qu’il rencontre. Sur le plan stimulation, l’enfant finira par écrire et il apprend déjà à tenir la craie ou un objet. Ce qui fait que l’enfant petitement peut acquérir et apprendre beaucoup de choses sous la direction de l’adulte.

Au milieu des autres enfants, comment l’enfant s’éveille-t-il ?

Là, c’est la socialisation. Par exemple, lorsque l’enfant sort avec la mère pour aller aux consultations, vous allez remarquer que le courant passe très bien au contact des autres enfants venus avec leurs mères. Ils vont se sourire. Ils vont se tenir instinctivement les mains. L’enfant est attiré par l’autre être semblable à son image. C’est dès cet instant même qu’il faut petitement stimuler le respect des règles au niveau de l’enfant. Lorsque l’enfant a des grands frères qui sont en train de faire une activité domestique, l’enfant vient s’asseoir à leurs côtés et commence à les imiter. Il faut juste l’encadrer et ne pas le renvoyer.

Hermann M. SAGBOHAN