banner ong educaction

La femme enceinte a besoin de l’affection de son entourage

Dans la série « Education à la Vie » de cette semaine, Dr Comlan Rogatien Sègla, psychologue clinicien, professeur à l’Université d’Abomey-Calavi, aborde la question du soutien que l’entourage peut apporter à la femme en état.

Dans ce numéro, il a évoqué les conséquences que peut entrainer l’absence d’un conjoint indélicat vis-à-vis de sa conjointe enceinte.

1 - Quelles sont les modifications psychologiques qu’on peut observer chez la femme enceinte ?

Il y a des problèmes qui se posent d’abord au niveau de la perception de son propre corps. Si c’est la première grossesse, les modifications corporelles vont interagir sur des modifications psychologiques. En d’autres mots, il faut que la femme en état accepte le nouveau corps que constitue son corps portant une grossesse. Si elle accepte cette modification, elle peut porter la grossesse jusqu’au bout sans obstacles, sans sentiments de dégoûts parce que la grossesse est un corps étranger dans le ventre de la mère. C’est un corps étranger qui demande une restructuration psychologique, morphologique, hormonale et anatomique. Pour que la femme accepte la grossesse, l’accompagnement de l’entourage est nécessaire.

2 - Quel accompagnement l’entourage peut-il apporter à la femme enceinte ?

Il faut que l’entourage lui apporte toute l’affection et tout le soutien psychologique nécessaire pour que la femme porte sa grossesse à terme. Si la femme a déjà auparavant des enfants, les enfants doivent jouer leur rôle, sinon ce sont les parents, les frères et sœurs et amis du conjoint et de la conjointe qui sont en mesure d’apporter un soutien psychologique de diverses manières afin d’aider la mère gestante à pouvoir porter sa grossesse dans de bonnes conditions.

3 - Quelles sont les soutiens quotidiens que le conjoint peut apporter à sa femme en état ?

Le conjoint est là pour compléter sa femme. Il doit l’aider dans les tâches domestiques et celles du ménage, et veiller aux soins à apporter aux enfants. Il doit l’aider financièrement et économiquement pour qu’elle se trouve dans une disposition psychologique apaisée. Il est important de retenir que la grossesse peut être source de stress. Le conjoint doit tout faire pour que ce stress-là soit le moins handicapant pour sa femme. Ensuite, le conjoint doit apporter le soutien affectif. C’est le moment où le conjoint doit accorder une attention particulière à sa femmeet veiller à son état psychologique pour que tout se passe bien. C’est un couple et donc c’est une vie qui doit se mener à deux et s’il n’y a pas cette aide mutuelle, les choses peuvent ne pas aller dans le bon sens.

4 - Les sources d’inquiétudes peuvent-elles engendrer des conséquences sur la grossesse ?

Elles peuvent bel et bien entrainer des conséquences sur l’enfant parce que le fœtus qui est dans le ventre ressent l’état mental. Est-ce un état où le stress domine, donc l’enfant peut être aussi stressé dans le ventre de sa mère. Si la mère est en joie, l’enfant aussi ressent cette joie. Si la mère est dans une disposition de quiétude, l’enfant aussi est apaisé à l’intérieur. Mais, s’il y a des dysfonctionnements au niveau de la mère, cela entraine des répercussions sur le fœtus. Cela peut parfois engendrer de fausses couches si c’est un événement intense.

Hermann M. SAGBOHAN