banner ong educaction

Etre un modele pour l’ado !

Dans nos sociétés actuelles, beaucoup de parents et d’éducateurs se contentent de dicter des règles de conduite à l’ado, de lui dresser un chapelet d’interdits et de le gronder voire le bastonner quand il vient à faillir aux PRINCIPES.

Or, dans une société totalement tournée vers l’image où les technologies de l’information et de la communication violent constamment notre intimité, éduquer par l’exemple devient la porte idéale de sortie pour la réussite du jeune. Le parent a, donc l’obligation d’être un modèle pour l’ado. En effet, à partir du secondaire, l’ado a besoin d’encadrement et d’accompagnement. Le parent ou le tuteur réussira sa mission s’il marque un peu d’intérêt à la vie scolaire de son enfant. Il faut savoir féliciter et encourager l’enfant pour ses progrès et ses succès. Initier des activités parascolaires pour aider les ados à se découvrir et à éclore leurs talents, est une chose capitale dans leur réussite. Certains parents pensent que l’enfant qui fréquente un groupe de chants, de danse, de théâtre ou de musique est voué à l’échec. Au contraire, ces activités aident à mieux structurer la vie scolaire de l’enfant. Il y a, au Bénin par exemple, les Clubs de lecture et d’animation culturelle dans les communes qui offrent aux enfants qui le désirent, un espace d’éclosion des Talents. Tout ceci permet de soutenir la quête d’autonomie, et de dépassement de l’enfant. C’est à partir du secondaire que le parent doit véritablement veiller à ce que l’enfant soit présent au cours. Il a l’obligation de l’aider à mieux se connaître en le responsabilisant quant à ses choix et à son avenir. C’est le moment de parler avec l’enfant de ses projets, de ses relations avec son environnement, les questions de sexualité dans toute sa diversité etc.
La recette ado : Il faut être un modèle aux yeux de l’ado qu’on encadre et qu’on accompagne. Aujourd’hui dire et faire, ou vivre le dire est une recette magique qui fonctionne avec l’adolescence. Il faut encourager encore et encore et veiller à ce que le temps de l’ado soit équitablement partagé entre études, travaux domestiques, et loisirs. Même si la quête d’autonomie de l’ado rend difficile la communication, il ne faut surtout pas rompre le dialogue !

Ulrich Vital AHOTONDJI