banner ong educaction

Les parents m’informent que je vais devoir arreter les études apres le Bac, faute de moyens

Bonjour Oncle Lajoie. Permettez-moi de passer sous silence. Je suis élève en classe de Tle A2. Je travaille bien et suis sûr d’avoir mon bac cette année par la grâce de DIEU. Je voudrais bien continuer avec les études après mon bac mais à ma grande surprise, mes parents m’informent que je vais devoir arrêter les études après le bac, car ils n’ont plus les moyens.

 

Il faut alors que je réfléchisse et que je décide que faire sans leurs aides désormais. Je vois mes rêves ainsi briser. Mais je sais aussi qu’avec le peu qu’ils ont, ils peuvent m’aider jusqu’à la Licence au moins. S’il vous plaît, j’ai besoin de vos conseils pour les convaincre.

REPONSE

Pour une fois, je suis faible devant votre préoccupation parce qu’il est question de l’éducation. Il se dégage à la lecture que votre volonté à exceller dans le système éducatif béninois se heurte bien fortement aux capacités réelles de vos parents à vous venir en aide. En termes clairs, vos parents, semble-t-il, ont marqué leur indisponibilité financière à vous soutenir dans ce grand et exaltant projet. Et ça vous froisse la conscience ! On peut l’admettre.
En vérité, il est important de reconnaître que financer l’éducation d’un enfant est un devoir de longue haleine. De la naissance de l’enfant jusqu’à ce qu’il n’atteigne la maturité en passant par la période d’instruction, c’est assez éprouvant et même contraignant. Et pour cela, il faut de tout temps remercier et saluer la perspicacité, l’endurance ainsi que l’esprit de sacrifices des géniteurs.
Cher ami, vous avez réussi à bénéficier de cette attention soutenue des parents depuis votre enfance à ce jour. C’est aussi l’œuvre divine parce que la volonté des parents seule ne suffira pas dans le temps. Aujourd’hui, vous avez peur d’abandonner les classes après votre Bac. C’est légitime et je partage d’ailleurs ce souci avec vous. Mais déjà, ne cherchez pas à culpabiliser, encore moins vitrioler les parents. S’ils en sont arrivés aujourd’hui à vous cracher cette décision que je considère être la ‘‘vérité des sages’’, c’est bien sûrement qu’ils n’en peuvent plus même si vous insinuiez qu’ils peuvent encore consentir des efforts pour vous jusqu’au niveau Licence.
La réussite d’un enfant a toujours été une fierté pour les parents. On peut alors comprendre que leurs ressources qui vous ont propulsé à ce niveau (Tle), se sont probablement raréfiées dans le temps. Ils ont été assurément affectés et donc dépourvus aujourd’hui de ressources pour continuer le même sacerdoce.
Tachez alors de discuter avec eux ; montrer leur toute la volonté et la passion qui vous animent à aller loin dans les études. Dites-leur que votre réussite en tant qu’homme dépend d’eux et engagez-vous à leur retourner l’ascenseur aux temps opportuns. Dites-leur déjà que vous allez réussir à votre baccalauréat et 3ans après, vous aurez votre Licence avec la promesse de réaliser ce qu’ils n’ont pas pu réaliser, réussir là où ils ont trébuché pour porter loin leurs noms et celui de la famille.
L’autre possible à mettre devant lors de vos échanges avec les parents, est bien l’obtention d’une bourse universitaire pour autofinancer vos études. Plusieurs étudiants ont pris par là et moi-même suis un cas d’école. Avec mon secours (115.000 Francs Cfa l’an à l’époque) en première année, puis ma bourse en deuxième année, troisième année et quatrième année à l’université, j’ai pu régulièrement m’acheter les fournitures de premières mains et faire les photocopies demandées et exigées par les professeurs. Donc, vous pouvez aussi faire pareil à condition que vous réussissiez au bac avec une bonne moyenne et idem les années suivantes. Mais l’essentiel ici est d’ouvrir d’abord le débat avec les parents.
Oncle Lajoie.