banner ong educaction

Reggaeman Mêlêkêny : Un artiste qui dérange le pouvoir

Les grands observateurs de la musique sont unanimes que la Côte d’Ivoire est la troisième grande Nation du reggae au monde après la Jamaïque et l’Angleterre. Dans cette sphère de grands talents de la musique reggae au pays de l’éléphant se trouve Mêlêkêny, un surdoué du reggae ivoirien de la nouvelle génération.

Né le 27 mai 1973 à la maternité de Treichville, Mêlêkêny, de son nom à l’état civil Alassane Traoré a rejoint le groupe ’’Rock System’’ de Koumassi à l’âge de 17 ans. Avec ce groupe, il affûte ses armes et acquiert une notoriété dans les ghettos de Koumassi. Au cours de cette même année, Mêlêkêny remporte avec brio l’emission ‘’Podium’’ de feu Roger Fulgence Kassy, rebaptisée après ‘’Show Imitation’’ par Yves Zogbo Junior. Les années formatrices passées, des textes incisifs sous les bras, Mêlêkêny se retrouve face à un dernier obstacle à surmonter : comment trouver l’appui financier indispensable pour l’enregistrement de son album. Les années passent toujours sans qu’aucun résultat palpable ne se dessine à l’horizon jusqu’à la rencontre chanceuse avec Paul Mendy dans les années 1998-1999. Fort de cet appui, Mêlêkêny enregistre enfin son premier album de neuf titres. Baptisé ‘’Notre Argent’’ et produit sous le label M.B.A. Production, l’œuvre connait un succès en Côte d’Ivoire avec plus de 75.000 exemplaires vendus. La chanson éponyme ‘’Notre Argent’’ qui donne son nom à l’opus traverse les frontières nationales et s’impose dans les pays de la sous-région comme le Mali, le Burkina-Faso, le Sénégal, la Guinée, le Bénin, etc. Surnommé désormais la relève du reggae ivoirien grâce à sa capacité vocale impressionnante et sa force d’improvisation immense, la contestation de l’album de la part du pouvoir en place à l’époque fait valoir à Mêlêkêny son inscription sur la liste rouge des œuvres interdites de diffusion dans les médias d’Etats. Par peur de représailles, M.B.A. Production ne tarde pas à rompre son contrat avec l’artiste. Avec la bénédiction de Koné Dodo, manager de Alpha Blondy, le jeune reggaeman sort en 2003 son deuxième opus ‘’Justice’’ enregistré cette fois-ci au studio Giaccardo et Texier. En avril 2007, l’album ‘’Justice’’ sort au Burkina-Faso sous le nom de ‘’Couleur brisée’’. Cette sortie est suivie d’un géant concert dédicace live au jardin de la musique Réemdoogo. Trois ans après, Mêlêkêny revient dans les bacs avec son troisième album intitulé ‘’Ma tête et Dieu’’. Une production discographique de douze titres chantés en français, dioula, agni et qui s’inscrit dans la même dynamique de la bataille pour le développement de l’Afrique.

Edouard KATCHIKPE