banner ong educaction

Chanteuse et mère de trois enfants : Lady Ponce critiquée pour ses tenues provocantes

Critiquée pour banaliser et participer à une approche commerciale des danses traditionnelles de son pays, Lady Ponce est l’une des chanteuses en vogue dans le milieu du showbiz africain.

Elle compte plusieurs distinctions dans son palmarès. Il s’agit du prix de la meilleure voix et révélation féminine de la scène camerounaise en 2017, prix de la meilleure artiste féminin de l’année et de la chanson de l’année pour son morceau « Trahison » en 2008 et la distinction au rang de chevalier de l’Ordre de la Valeur en 2014. Aujourd’hui dirigeante d’une boutique de prêt-à-porter, d’un institut de beauté et d’une maison de production, la chanteuse et parolière Lady Ponce, de son vrai nom Adèle Ruffine Ngono est née dans l’ethnie Ewondo du Cameroun en 1983. Ses débuts dans la musique remontent à l’âge de 16 ans où suite au décès de sa mère, cantatrice et animatrice de réseaux d’association villageoise, elle quitte la campagne pour intégrer un groupe d’artistes congolais basé dans la ville de Yaoundé. Avec ce groupe, elle effectue des animations dans plusieurs cabarets de la capitale camerounaise. Sur un style musical inspiré des rythmes bikutsi, makossa, salsa, n’dombolo, Lady Ponce enregistre son premier album « Le ventre » en 2006, deux ans après la sortie du single « Le Ventre et le Bas-ventre » qui a révélé la chanteuse au public camerounais. En 2009, elle revient sur la scène avec un second opus baptisé « Confessions », avant de sortir un an après, un troisième album « Bombe atomique », puis l’oeuvre au titre éponyme « Loi du Talion » en 2012, suivi de l’album de 18 titres « Bain de sons » et la dernière sortie « Patrimoine » qui date de l’année 2017. Un album qui a connu un succès et a conduit Lady Ponce pour un concert en salle comble à La Cigalle de Paris. Avec son inspiration qui lui vient des contes et des fables entendus dans son enfance au village, la chanteuse devient l’une des représentantes adulées de cette musique dont la danse sert de patrimoine immatériel au peuple de la région du centre du Cameroun. Mère de trois enfants, Lady Ponce est critiquée pour ses tenues jugées souvent trop provocantes. Cette dimension érotique n’empêche pas la chanteuse d’être une dame de cœur. A travers son projet Semaine de la Femme en Diamant «SEFEDI», elle apporte sa contribution à l’intégration de la jeune fille mère camerounaise, apporte son soutien aux personnes du troisième âge souvent délaissés et des donations aux enfants orphelins.

Edouard KATCHIKPE