banner ong educaction

Pour conquérir le cœur de Moya :A’Salfo de Magic System devient rival du Christ

Anoumambo, une localité perdue en profondeur de la commune de Marcory en Côte d’Ivoire a vu naître le 15 mars 1979, Salif Traoré de son nom d’artiste A’Salfo.

Issu d’une famille de huit frères et sœurs, les parents de Salif nourrissaient l’ambition de voir leur fils réussir brillamment ses études scolaires malgré les maigres moyens et l’environnement défavorable à une éducation de qualité. Influencé par son frère aîné Ali, un guitariste, Salif accordait plus de temps à la musique qu’aux études. En 1997, il devient l’un des membres fondateurs du groupe Magic System avec Goudé Sodoué, Manadja Fanny et Tino Boue-Bi. Le groupe sort son premier album en fin d’année 1997 avec le concours de Claude Bassolet, un faiseur de talents célèbre dans la capitale abidjanaise. Lead vocal (chanteur principal) du groupe, A’Salfo et ses coéquipiers s’offrent les services du studio de référence « Soft » et reviennent deux ans plus tard sur la scène avec un second album de huit titres pour emballer les capitales africaines. L’opus « 1er Gaou » va être vendu à plus de 40.000 cassettes en deux semaines. L’année 2003 marque la sortie du troisième album « Un gaou à Paris », suivi d’une série de featuring. « Petit pompier » et « Cessa kiè la vérité » en 2005, « Ki dit mié » en 2007, « Zouglou Dance en 2008, « Toutè kalé » en 2011, « d’Abidjan à Paris » en 2012, « Africainement vôtre » en 2014, « Radio Afrika » en 2015 et « Ya foye » en 2017 sont les autres albums qui ont marqué les vingt ans de carrière musicale de l’équipe magique. Le chemin parcouru a été laborieux pour le gaou magicien A’Salfo, mais l’homme peut se réjouir de compter aujourd’hui dans son palmarès la nomination en tant qu’ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour ses messages en faveur de la paix et la place de juré dans l’emission « The Voice Afrique francophone ». Le gaou magicien partage sa vie sentimentale depuis 1996 avec Hélène Moya Aka. L’histoire remonte à une veillée dans la cité de Marcory où A’Salfo n’est pas passé par quatre chemins pour déclarer son attirance à Moya, la copine de Jésus qui va finir par succomber au charme de A’Salfo, le rival du Christ en personne. Marié, l’artiste partage son quotidien avec son épouse Hélène Moya Aka et ses enfants Noura Sheley Traoré, Rayane Zara, Rebecca Traoré et Jason Ahmed Traoré.

Edouard KATCHIKPE