Imprimer

Les artisans s’exercent à écrire et parler le Fon sous l’égide de Florent Soglo

Écrit par Educ'Action on .

Alphabétisation langue Fon 01Alphabétisation dans le 11ème arrondissement de Cotonou

Les artisans s’exercent à écrire et parler le Fon sous l’égide de Florent Soglo

Longtemps sollicité par les décideurs politiques, certains acteurs de la chaîne éducative comme les parents d’élèves par exemple, l’apprentissage de l’alphabétisation est une réalité dans certains arrondissements de Cotonou. Dans sa recherche, Educ’Action fait une incursion dans le 11ème arrondissement de la ville de Cotonou où différentes couches sociales sont à la quête de l’alphabétisation en langue fon. Reportage !

Le ciel s’assombrit, le vent souffle vers tous les côtés soulevant les sachets, les tôles, et même les chapeaux sur la tête des citoyens. Des citoyens soucieux de ne pas subir la colère de ce vent se dirigent vers les hangars pour se protéger. Loin d’être une simple tornade, c’est la pluie qui se signale. Aussitôt, elle envahit la ville de Cotonou particulièrement le quartier de Gbégamey. A 13h20 à Gbégamey dans le 11 ème arrondissement de la ville de Cotonou,  cette pluie qui s’est abattue n’a pas empêché les citoyens de vaquer à leurs occupations. Une équipe de reportage du journal Educ’Action s’est rendue dans les locaux du 11 ème arrondissement de Cotonou pour constater le déroulement des cours d’alphabétisation en langue Fon. Malgré cette pluie qui s’est imposée, elle n’a pas émoussé l’ardeur de l’alphabétiseur en langue fon. Debout au tableau, il écrit avec volupté l’activité qu’il entend diriger à ses apprenants une fois la salle remplie. Mais malheureusement à 15h00, la salle n’a pas connu l’habituel effectif à cause de dame pluie. En effet, l’alphabétisation de la langue fon est enseignée dans les locaux du 11ème arrondissement à quelques encablures de la place Bulgarie depuis bientôt 3ans. Construite par la Banque Mondiale, cette salle qui sert de cadre pour l’alphabétisation de langue Fon relève de la négociation d’une ONG dont l’alphabétiseur en fait largement partie. Florent Soglo, l’alphabétiseur en langue Fon de cet arrondissement nous donne les raisons qui ont suscité cette pédagogie : « Savoir écrire et parler le Fon est important pour notre pays. Et nous devons maîtriser cela. La décision vient de nos autorités, nos administrateurs qui veulent que nous puissions nous exprimer que ça soit par oral et par écrit nos pensées dans notre langue qu’est le Fon ».


Des horaires de l’alphabétisation de la langue fon aux critères de sélection…

De sources proches de l’alphabétiseur principal, l’alphabétisation de la langue Fon dans le 11ème arrondissement de Cotonou se fait les lundis et les jeudis de 13 heures à 15 heures. Les critères de sélection à l’apprentissage du savoir écrire et lire ; le Fon s’évalue à travers la dévotion, l’enthousiasme et l’attachement dont fait montre l’apprenant désireux de s’éduquer. Et donc c’est compte tenu du comportement que les apprenants nouvellement venus, sont orientés pour être alphabétisés en langue Fon. Quels sont alors les cas d’apprenants destinés à suivre les cours d’alphabétisation de la langue Fon ?

Les apprentis alphabétisés et l’opinion de certains…


Alphabétisation langue Fon 02Tenant compte de la volonté et le désir d’apprendre, Florent Soglo alphabétiseur en langue Fon dans ledit arrondissement renseigne sur le profil d’apprenants reçus pour l’encadrement. « Nous recevons toutes sortes d’apprenants ici. Nous avons des soudeurs, des menuisiers, des mécaniciens, des commerçants, des ménagers, des chauffeurs et même des étudiants pour ne citer que ceux-là », a laissé entendre Florent Soglo pour lever un coin de voile sur les différents types d’artisans à la quête du savoir en Fon que reçoit son centre dans les locaux du 11 ème arrondissement de Cotonou. Parlant des étudiantes, Augustine Ghézo étudiante en 3ème année de linguistique option didactique des langues et culture expose la pertinence de l’alphabétisation en langue Fon dans les locaux du 11ème arrondissement : « au niveau de l’alphabétisation purement en langue, on vient pour la lecture et l’écriture. Cet apprentissage est exhaustif et nous permet de bien compter en langue Fon ». Par ailleurs, il est important de noter qu’à l’UAC, l’éducation des langues nationales est faite. A cet effet, elle saisit l’occasion pour comparer l’alphabétisation de la langue Fon faite à l’UAC à celle faite dans le 11ème arrondissement. « L’objectif premier dans le 11ème arrondissement de Cotonou, c’est la lecture et l’écriture. A Abomey-Calavi, nous faisons la syntaxe pour dire la grammaire, les groupes nominaux et verbaux. La différence entre les articles, les conjonctions pour ne citer que ceux-là », nuance Augustine Ghézo pour restaurer l’importance et la place de l’alphabétisation de la langue fon dans le développement de notre pays. Pour Julien Ahouidji, gérant de boutique qui a débuté les cours d’alphabétisation depuis deux mois, c’est une formation qui l’aide à mieux connaître et à pouvoir écrire certains mots.

Du coût de la formation à l’effectif des apprenants…

Comme tout apprentissage, l’alphabétisation a aussi un coût. Mais dans le 11ème arrondissement, il est gratuit. « La formation reçue dans le 11 ème arrondissement est gratuite en ce sens que nous ne réclamons rien aux apprenants. Ils nous font par moment  de petits gestes quand ils désirent, histoire de nous encourager », fait savoir Forent Soglo avant de solliciter l’assistance et le soutien des ONGs désireux de les accompagner. Parlant d’effectifs, il déclare avoir reçu pour le moment une vingtaine de personnes de différentes couches sociales citées plus haut et ajoute « sans compter ceux à qui nous administrons les cours de maison en langue Fon ». Toutefois, il n’a pas manqué d’égrener les difficultés rencontrées dans cette activité. Rendre au maître alphabétiseur les cours reçus la veille lors d’un petit contrôle de connaissances le lendemain, reste la principale difficulté.

Enock GUIDJIME

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir