Imprimer

Evaluation finale du projet EPECS | 9.824 écoliers directement impactés

Écrit par Educ'Action on .

Présidium au lancement Projet EPECS ParakouLa salle de conférence Mandela de Kobourou City Hôtel à Parakou a servi de cadre, le jeudi 6 juillet dernier, à l’atelier d’évaluation finale de la phase II du projet Eau Potable pour Ecoles et Centres de Santé (EPECS). Au terme de la mission d’évaluation des résultats obtenus, les acteurs, à l’unanimité, recommandent le renouvellement et l’extension dudit projet. Projet EPECS Parakou 019.824 écoliers ont pratiqué le lavage des mains et 1.949 Tippy-Tap (dispositifs simples de lavage de mains faits à partir des matériaux locaux) ont été réalisés dans les ménages. Plus de  cinquante (50) écoles sont impactées dans l’Alibori et la Donga, soit 30 à Djougou et 22 à Banikoara pour un total de 99% de réalisations physiques. Tels sont les résultats obtenus par la phase II du projet Eau Potable pour Ecoles et Centres de Santé (EPECS) qui tire à sa fin et pourrait connaître bientôt une troisième phase. C’est du moins la tendance générale qui se dégage à l’issue de l’évaluation finale de la phase 2014-2017 et des résultats encourageants et probants obtenus. Réunis en atelier de validation le jeudi 6 juillet dernier, les différents acteurs impliqués dans le pilotage du projet EPECS ont passé en revue le chemin parcouru depuis 2014. Au cours de ces assises, non seulement le projet EPECS a été brièvement présenté par la coordonnatrice Mme Monique Gbaguidi, mais également les résultats et effets dudit projet ont été évalués. Des débats en plénière, on retient que le projet EPECS dans sa deuxième phase, a connu d’intenses moments d’accomplissements. Ceci a permis un changement de comportements au niveau des écoles bénéficiaires avec un effet contagieux pour les autres écoles. En effet, une prise de conscience spontanée est née au niveau des écoles non encadrées, où le lavage des assiettes à l’eau et au savon par les vendeuses de mets est devenu un réflexe, diminuant ainsi les risques liés à l’eau sale. A l’issue des assises, les participants, surtout les élus locaux bénéficiaires notamment les maires  Sébastien Paatcha de Toucountouna et Sarako Tamou Bio de Banikoara, ont plaidé pour le lancement de la phase 3 dudit projet au regard du succès qu’il a connu dans sa mise en œuvre au cours de la période 2014-2017. Aussi  souhaitent-ils la reconduction et le renforcement des actions déjà menées par EPECS, la forte implication des structures déconcentrées, l’extension du projet avec l’implication d’autres écoles non encore bénéficiaires, la mise en place d’un plan de communication, la promotion des jardins écologiques dans les écoles et les ménages, l’installation en nombre suffisant des tippy-tap etc.

Maurice FADEGNON (Corresp Borgou-Alibori)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir