banner ong educaction

L’œuvre littéraire et artistique de Benoite Martine Makou en question !

En ces temps de bilan des examens et de préparation de la rentrée, j’ai plutôt envie de raviver une flamme; celle de la littérature ou plutôt de la culture.
Je connais une «simple» secrétaire de direction. J’ai ensuite découvert un écrivain à la plume libre et vivante pour enfin m’extasier sur une passionnée de la vie. Il s’agit de Benoîte Martine MAKOU. De toutes ses multiples facettes (écrivain, bloggeuse, chanteuse, danseuse et libre penseur), j’ai retenu cette phrase qu’elle a tirée de HEGEL à savoir : «rien de grand ne se fait sans passion».


On a l’impression que pour avoir une vie à la fois aussi discrète qu’impertinente, elle doit ne compter que sur le seul vrai être qui ne la bride ni la déstabilise à savoir Dieu, le père. Et pourtant, les vrais hommes devraient se retrouver en cette femme voluptueuse taillée comme les déesses ou si vous préférez les miss qu’on retrouve dans nos contrées au détour du chemin sinueux revenant du marigot. Evidement, ceux qui s’extasient sur ces femmes faméliques qui ornent nos journaux et qu’on dirait sortie de la famine qui a sévi en Ethiopie pourront se gloser, mais alors , elle a sa belle voix pour les faire taire sans oublier certains de ses déhanchements à réveiller un pasteur sinon un imam d’entre les morts, qu’elle présente sur son site internet.
Suis-je amoureux? Je ne vous répondrai pas, car je n’ai aucune chance devant cette femme comblée qui cherche, touche à tout mais ne veut rien : dont la prose directe, franche et à la fois pleine de désespoir et de raisons d’espérer vous émeut après vous avoir frappé par sa simplicité pour un amour longtemps espéré et sa crudité dans le journal intime de Barbie.
Ensuite, c’est la suite du premier roman qui vous interpelle et vous donne bonne ou mauvaise conscience selon que vous soyez comme moi, fidèle ou comme vous infidèle, car le sujet est bien posé: Pourquoi les hommes sont infidèles? Toutes les réponses sont là comme dans l’enquête minutieuse qu’elle a menée pour nous épingler ! On me dira, rien de nouveau ici et je répondrai comme elle en utilisant Matthieu 3 : 2 : «repentez vous, car le royaume des cieux est proche».
En même temps, dans ce texte presque inclassable et quasi complet à la manière d’une enquête qualitative, on se surprend à retrouver ce que nous aimons, nous avions aimé chez notre conjoint et ce que nous recherchons ailleurs parce que notre femme n’a pas su être à la fois la maîtresse, l’ami et la sœur.
Ce que je voudrais que vous puissiez découvrir de Martine MAKOU, c’est d’abord l’écrivain et ensuite les mille et une facettes d’une personne ou plutôt d’un personnage qui refuse la nécessaire célébrité d’un artiste extraordinaire.
En ces périodes de fin d’examen, on a envie de lui demander ce qu’elle pense de notre système éducatif. Elle répondra RIEN. Mais, l’air désabusé avec lequel elle va vous répondre pose le problème existentiel qui interpelle lorsqu’on approche notre déesse. Elle se sent concernée, mais il faut prendre le temps de lui demander son avis. Pas en une phrase, mais avec une approche progressive, persévérante et sage.
Alors, on découvre une vision de la vie, exubérante et délicieuse! Ce qui manque donc à notre littérature, à notre domaine culturel, c’est l’attention accordée à des artistes comme Martine. Il s’agit de la promouvoir dans ses œuvres, de lui donner l’occasion ou la chance de partager une expérience déjà riche et qu’elle garde juste pour elle-même, car elle se suffit pour l’instant et ne cherche aucune autre intimité dans ce monde de brutes.
Suis-je amoureux? En tout cas, en découvrant l’œuvre littéraire et artistique de Benoite Martine MAKOU, vous serez amoureux, comme moi de sa prose, de sa voix, de sa danse, de son œuvre, bref d’elle-même!

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.