banner ong educaction

Bilan an II éducation : ça ne nous intéresse pas !

Ah ! Bilan quand tu nous tiens. J’avais déjà souligné et soutenu au nom de tous les miens (parents d’élèves, élèves et étudiants notamment) que le bilan éducatif de l’an II de la rupture passait par un préalable à savoir quid des grèves qui n’en finissent pas.


Le passage des trois ministres en charge de l’éducation a eu le mérite de ne pas occulter cette question d’entrée de jeu. A défaut d’avoir convaincu, cette entrée en matière a montré que nous nous trouvons en face d’une préoccupation essentielle qui fonde toutes les autres, car quels que soient les griefs, l’opposition, les inimitiés que nous pourrions avoir vis-à-vis du régime, on ne peut nier que nous nous sommes retrouvés devant une émission globalement bien conduite avec des ministres de qualité connaissant à la foi l’éducation et leurs secteurs.
Et pourtant, tout cela nous laisse un goût d’inachevé. On se pose la question suivante : ceux qui ont écouté ont-ils entendu ? Ceux qui ont entendu ont-ils été convaincus ?
Depuis quelques jours, j’essaie de répondre à ces questions au gré des nouvelles sur la reprise des cours selon plusieurs centrales syndicales et sur les innombrables poches de résistances réelles ou supposées qui se créent à la base avec l’assentiment de quelques autres syndicats.
Que croire ? Qui croire ? Nous sommes à l’ère des «fakes news» autant que du trop plein d’informations. En fin de compte, une chose et une seule se révèle de cette manière curieuse que l’Etat a adopté de résoudre les grèves. Ne pas parler pour proposer une approche globale et consensuelle avec les parties prenantes. On a le sentiment qu’on démarche les uns et les autres au fur et à mesure et lorsqu’on réussit à les «vaincre», on ne sait comment, on passe à un autre groupe. Alors les journaux, toujours les mêmes journaux dont on ne sait plus que penser, dans leur belle unanimité, annoncent la fin des grèves qu’ils avaient déjà annoncée en gros caractère, il y a quelques semaines...
Mais, qu’est-ce qui se passe ? Je suis inquiet ! Où sont nos leaders d’opinion ; nos autorités morales. Je ne parle surtout pas de nos politiciens honorables de tout calibre ou de tout bord. Je sais qu’ils n’ont pas voix au chapitre. De toutes les façons, ce sont des gens qui ne pensent qu’à eux-mêmes. En ce moment, tous ne rêvent et ne se préparent que pour redevenir députés en 2019 ou maires, etc.
J’ai cru comprendre ou deviner que l’exercice du pouvoir est difficile et face aux grèves récurrentes dans l’éducation aux buts pas toujours avouables, il faut se décider à être ferme et rigoureux. Face à l’infinité de syndicats activistes, inutiles et retors, on se doit de prendre des dispositions utiles et hardies. Mais alors, lutter contre les grèves, est-ce lutter au détriment des élèves et parents d’élèves, lutter contre les élèves et les parents d’élèves ! Je ne pense pas.
C’est pourquoi tous ceux qui peuvent intervenir et aider le Gouvernement pour une sortie globale de crise, d’accord partie avec ceux qui représentent vraiment les divers enseignants, sont les bienvenus. Selon les rumeurs, au regard de cette drôle de grève, aux diverses tentacules où les têtes se multiplient encore, comme celle de l’hydre de Lerne à chaque fois qu’on pense avoir éliminé, il faudrait se concerter avec toutes les parties et surtout toutes les véritables bases pour toucher et apaiser le ou les centres névralgiques qui sont pleins de rancunes et de rancœurs contre le pouvoir central et les soi-disant pouvoirs syndicaux.
Que retenir alors de ce fameux bilan de l’an II ? Rien pour le moment tant que la question principale n’a pas été résolue. Cela est vraiment dommage, car les ministres qui sont venus devant nous sont capables de faire quelque chose de bien et de beau pour nos écoles. C’est d’ailleurs pourquoi nous leur demandons, nous parents, nous véritables nécessiteux dont les enfants sont dans les écoles publiques et privées au Bénin, à genoux s’ils le veulent, d’écouter la voix de la conscience, de la sagesse...

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.