RAVIP 02

Nana Akufo-Addo ou la chronique d’une mort annoncée !

Nana Akufo-Addo ou la chronique d’une mort annoncée !


Une question préalable qui sûrement va vous interpeller : A quel titre un obscur écrivaillon béninois peut-il s’autoriser à écrire sur l’illustre dirigeant d’un autre pays ? Et qui plus est en annonçant un extrême préjudice ! Va-t-on encore se prévaloir ici de nos capacités occultes en tant que patrie du vodun pour exterminer nos frères alentour ?
Rassurez-vous ! Je vous assure que je suis un fervent admirateur de cet homme et c’est parce que je commence par craindre pour sa vie, car il vient de poser deux actes de la plus haute importance qui relèvent à la fois du courage et de l’inconscience.
Je vous prie de me pardonner mes propos. Je ne suis en aucun cas entrain de chercher à proférer des paroles blessantes et impardonnables vers une personne de cette qualité ! J’ai passé une grande partie de mon temps, ces derniers jours, à lire des écrits sur la vie de cet homme ; de ce GRAND HOMME. Et, tout tremblant, les larmes aux yeux, je me demande si Dieu ou pour ceux qui veulent rester dans le domaine laïque ou si la nature va nous donner encore un OSAGIEFO ! Un nouveau Chef victorieux.
Mes mains tremblent en écrivant sur ce clavier ! Mon regard s’embrume car mon émotion est grande. Se peut-il que l’Afrique ait encore de si valeureux fils. Je savais que ma génération ne pouvait rien espérer : on nous a colonisés et moulés dans les agenouillements ! Nos élites ont appris à mieux parler français et à se taire, aussi inutiles les uns que les autres et, les Béninois ont compris après deux expressions fortes le drame dans lequel nous sommes ensevelis : Le Président Mathieu Kérékou l’avait dit : « nous sommes des intellectuels tarés » et le nouveau Président béninois Patrice Talon a renchéri : « nous sommes un désert de compétences ». Je m’égare...
Le Président ghanéen, du haut de la tribune du Partenariat Mondial pour l’Education tenu à Dakar en février dernier, a osé soutenir que nos systèmes éducatifs ne pourront jamais se développer s’ils continuent par être sous assistance. Quelques jours plus tard, il annonce que le Ghana va se décider à se passer de l’aide de la Banque Mondiale !
Pour une fois, je vous en supplie, peuples d’Afrique, utilisons enfin à bon escient tous ces agenouillements auxquels on nous a assujettis : prions pour lui car moi, oiseau de mauvaise augure doté d’un scepticisme crasse, je sais qu’il ne va pas réussir ! Qui est-il pour vouloir d’aussi belles choses.
Aussi vrai que je crois à la Sainte Trinité et à la démocratie, je crois à la puissance de la Banque Mondiale et à toutes les Institutions qui nous soutiennent sans nous aider. J’ai connu la révolution ; j’ai connu le PAS et maintenant j’apprends les belles réalités du leasing, de l’affermage, de l’asphaltage et du déguerpissement. Je pensais que plus rien ne pouvait plus m’étonner.
Et pourtant, un Africain veut oser ; un africain qui a fait de hautes études de droit et qui a acquis des compétences, qui, il est vrai dirige un pays plein de compétences ! Je pense qu’il a trop lu ‘‘le consciencisme’’ de son ainé KWAME NKRUMAH.
Franchement, il faudrait lui conseiller de faire attention car, de la même manière que l’écart est très mince entre l’amour et la haine, on ne provoque pas impunément ceux qui nous tiennent en laisse. Courage oui donc, mais beaucoup de courage (inconscience) non !
En digne successeur de ton illustre ainé, tu as osé annoncer tes intentions et comme on dit chez moi au Bénin, les intentions valent autant que les actes. Soyons patients, allons lentement et sûrement. Tes nouvelles propositions et intentions vont faire du chemin. En attendant, le peuple ghanéen a besoin de toi et toi, tu as besoin de la Banque Mondiale et des autres puissances d’argent qui nous prêtent tout le temps et ne nous donnent presque jamais ! Laissons ces civilisations anthropophages imploser, car ce n’est qu’une question de temps.
En réalité, ce n’est pas du tout d’une mort ni physique, ni politique que je voulais parler, mais de la résurrection qui va être la nôtre, après celle du Christ notre Seigneur à tous : celle de OSAGIEFO, le digne successeur de KWAME NKRUMAH.

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.