banner ong educaction

L’emploi du temps !

Le début de l’année scolaire est le moment idéal pour prendre les grandes et bonnes résolutions : les parents s’activent pour jouer leurs partitions à savoir mettre en œuvre tout ce qui permet de faire commencer les classes aux enfants. Aussi loin que je me réfère, personne n’a jamais dit que c’est un moment facile.

En même temps, il peut être fait avec plaisir et entrain lorsque les enfants ont réussi, mais aussi avec beaucoup de peine lorsque c’est plutôt l’échec qui a été au rendez-vous ! Quoi qu’il en soit, c’est la rentrée des classes et comme disait l’autre, la lutte continue.
Ce qui me paraît le plus important en cette période, c’est tout d’abord d’associer intimement l’enfant aux décisions et aux différentes courses pour l’inscrire en lui donnant la possibilité de donner son avis et surtout prendre l’occasion de préparer l’étape la plus importante du processus de mise à l’école, c’est-à-dire les résolutions à prendre pour toute l’année.
Point n’est besoin de mettre la barre trop haute ; il s’agit juste de s’entendre avec les enfants sur un minimum qui comprend les études à l’école, les études à la maison et les responsabilités de tout un chacun en rappelant un principe sacro-saint : celui qui respecte ses engagements qui sont faits de droits et de devoirs, se respecte et est respecté. Ici, se retrouve donc un mot essentiel : RESPECT.
Ainsi, l’enfant a un emploi de temps qu’il colle sur un mur ou un tableau à coté de celui des autres. Ce premier emploi du temps permet de réaliser et d’intégrer celui des répétiteurs et enfin de fixer ses travaux de maison.
S’il est vrai que de nos jours, l’emploi du temps de nos chers enfants se présente comme une réelle aberration, car on va au cours de 07h du matin jusqu’à 19h le soir, il faut trouver ensuite le temps des répétiteurs et enfin le temps des travaux de maison. En fait, ce qui se passe, c’est que la plupart des parents privilégient l’école et les répétiteurs et négligent la réalisation des travaux domestiques par les enfants au profit des bonnes avec souvent la complicité des épouses vassalisées par les whatsapps et autres médias sociaux.
Aussi vrai que les enfants ne font que ce que font les parents et non ce que disent les parents, il est utile pour le père et la mère de donner l’exemple. Ainsi chacun prend en charge les aspects qui le concernent : le père les études ; la mère les travaux domestiques, et les deux les répétiteurs. Ceci signifie que pour tout ce qui concerne l’école, le père est en premier plan : il s’occupe de payer la contribution avec certains enfants pour qu’ils voient l’argent qui sort ; il organise la séance de préparation des cahiers et des livres (couvertures, inscription, signature du carnet de correspondance) en présence de maman qui présente les sacs, les kakis et les shorts sans oublier les collants de dessous qu’elle a achetés pour les filles. On fait ensemble le point des répétiteurs utiles. Ensuite maman propose et partage les tâches de maison.
Il faut bien comprendre ce qu’on entend par travaux de maison. D’abord, il concerne autant les garçons que les filles. Ensuite, s’il est vrai que l’objectif est d’apprendre à préparer aux filles, tant il est vrai que c’est ancré dans nos cerveaux que c’est la femme qui s’occupe de la cuisine et des tâches ménagères, il faut comprendre que le garçon qui s’occupe de tâches ménagères comprend et apprécie mieux les efforts de sa femme et surtout, il ne se marie pas par défaut à la première occasion où il va loin de la maison et qu’une camarade de bureau ou de quartier se propose de lui faire à manger et se glisse insidieusement dans son lit et dans sa vie. Fille et garçon doivent surtout donc s’évertuer à arranger la chambre, à laver et ranger les assiettes dans lesquels toute la famille mange et à faire la lessive des kaki et de leurs dessous. Alors, les parents doivent répéter ceci sans cesse et faire le suivi, car c’est cela qui nous manque. Il faut des sanctions (positives ou négatives). Il n’est pas nécessaire de taper, mais il y a des éléments de choix possible comme l’argent, l’utilisation d’ordinateur, les sorties, etc.
Ce qui reste enfin, c’est la finalisation de la préparation du repas où chacun, à tour de rôle, intervient pour faire la table, faire sa corvée pour un repas en famille. Cela est encore un autre débat dans nos sociétés où on ne mange ni à heure fixe, ni ensemble...

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.