banner ong educaction

Les assaillants sont dans la cité !

Haro sur les voleurs ! Les assaillants sont dans la cité de l’école ! La campagne présidentielle de Février 2016 a envahi nos écoles au point où les élèves et enseignants désertent allègrement les classes traditionnelles pour les classes politiques.

L’effervescence populaire face aux enjeux électoraux exprimée par l’activisme politique de ces dernières semaines donne du fil à retordre aux administrateurs des écoles. Des administrateurs qui n’arrivent plus à contrôler leurs troupes si eux-mêmes ne sont pas emportés dans les flots en furie d’une présidentielle de tous les challenges pour les uns et les autres. La situation est particulièrement préoccupante lorsqu’on sait que cette année a démarré avec la crise des statuts particuliers et la désormais puante stratégie honteuse d’un débrayage sauvage, totalement irrespectueux du droit à l’éducation des enfants ! Qu’on ne s’y trompe pas, les responsabilités sont partagées tant par une administration à tour de bras, sans anticipation et sans vision, tant par un mouvement syndical clientéliste et opportuniste. Dans cet étau vicié, nos enfants et petits-enfants sont toujours les victimes collatérales que l’avidité des uns et l’incompétence des autres sacrifient sur l’autel des intérêts éphémères mais dangereusement préjudiciables à l’avenir de ce pays quartier latin devenu quartier latrine comme dirait l’autre. A l’allure où vont les choses, nous ne disposons d’aucun indice prometteur d’une rupture théorique annoncée par le deuxième forum sur l’éducation qui se mue malheureusement en une continuité médiocre dont les effets dévastateurs ne tardent pas à nous assaillir. La preuve, le Bénin s’engage dans une élection que j’appelle, volontiers, panier à crabes où toutes les rêveries, les niaiseries et les sottises sont permises, suscitées voire applaudies. Et dire que nous ne sommes pas encore arrivés au stade où les générations sacrifiées pointeront leur doigt pour exprimer, en tant que béninois, la légitime ambition de diriger ce pays ! Oh Dieu, suivez mon regard et allez imaginer ce que nous vivrons dans les années à venir si aujourd’hui avec les cadres des anciens programmes nous en sommes à cette barbarie pour le moins avilissante de l’intelligence humaine. Loin de nous ériger en donneur de leçons, ma modeste réflexion de ce jour voudrait contribuer à percer l’abcès de ces voleurs du temps scolaire intégral dont justement les contingences politiques, les grèves perlées, les périodes électorales ! Il est donc souhaitable, qu’en toute responsabilité, les enseignants fassent la part des choses en sachant que les heures de cours doivent être consacrées à la transmission du savoir et non à convaincre un potentiel vivier d’électeurs jeunes. Les candidats eux-mêmes se doivent de s’assurer que les jeunes n’abandonnent pas les cours au profit de leur cause, car en réalité, ces enseignants et ces jeunes déserteurs feront partie demain de cette racaille d’incompétents qu’ils seront amenés à gérer en qualité de dirigeants ! Ensemble, prenons les armes de l’intelligence et du patriotisme pour chasser les assaillants de l’école ! La survie de notre commune patrie en dépend…

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.