banner ong educaction

Une rentrée « riquiqui »

Et on tira au sort, et le sort tomba sur le lundi 5 octobre 2015! Voilà qui en dit long sur le chemin de croix que les décideurs de l’école ont vécu pour arriver à s’entendre sur une simple date de rentrée.

A y voir de près, cette publication in extremis du calendrier scolaire supposé être disponible un mois avant la rentrée, pose avec acuité, la question du pilotage de notre système éducatif. Il semble évident qu’au Bénin, la précipitation et l’improvisation de dernière minute l’emportent, de go, sur l’anticipation et la prévision. Et pourtant, l’année scolaire passée n’a souffert d’aucun soubresaut, d’aucune jérémiade de syndicalistes enseignants en courroux, grincheux revendiquant des avantages presque toujours matériels et quelque fois chimériques auxquels un Etat aussi « voyou » que le nôtre, souvent incapable de tenir parole, ne saurait accéder. Ce dualisme conflictuel qu’entretiennent syndicats et gouvernants dans le secteur de l’éducation n’est pas de nature à construire l’école. Bien au contraire, il contribue à la rendre davantage médiocre avec ces menaces tous azimuts de grève, de boycott et de ses avatars. Dites à nos consciences naïves quelle est cette nation qui se développe, s’épanouit et prospère avec des cadres formés au rythme des grèves, des cours en discontinue, avec des enseignants atteints de marasme intellectuel, moralement rachitiques et ignares. A peine, a-t-on annoncé la rentrée que déjà le spectre de la grève est encore brandi. Ce disque, me semble-t-il, est rayé. Il faut trouver autre chose. Nous sommes dans un monde d’innovations. Les syndicalistes enseignants doivent donc s’adapter pour nous paraître davantage crédibles et faire la différence avec la partie d’en face qui n’est d’ailleurs pas plus crédible. Nous n’en voulons pour preuve que le deuxième forum sur l’éducation dont les actes souffrent. La réouverture de l’école assurée par les micros et les cameras aura donc permis aux autorités en charge de l’éducation de faire leur show médiatique, une cérémonie hypocritement habillée qui ne reflète en rien les dessous nauséabonds d’un système éducatif décrié, en perte de repères et dont on refuse d’appliquer les thérapies pourtant savantes proposées par les techniciens. La seule question que j’ai envie de nous poser est celle-ci : l’école a-t-elle, une fois encore, ouvert ses portes pour continuer la formation des moutons sans cervelle nourris à la serve d’une APC mal comprise, mal exécutée et mal encadrée ? A qui irons-nous Seigneur dans cette galère devenue notre boussole ?

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.