banner ong educaction

Elom Kodjoh-Kpakpassou, 3ième au Bac 2018 avec 17,36/20 : Prière et mise à jour constante des connaissances comme secrets de réussite

«J’ai toujours été premier de la sixième en terminale avec 17/20 de moyenne. » C’est en ces termes évocateurs que l’heureux du jour, le troisième à l’examen du baccalauréat 2018, renseigne fièrement sur ses performances, même depuis les classes antérieures. Elom Kodjoh-Kpakpassou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, âgé de 17ans, a été l’une des révélations du Collège Catholique Père Aupiais (CCPA), annexe de Godomey, un collègue confessionnel assez réputé de Cotonou.

En effet, précise le jeune Elom, c’est seulement deux (02) fois qu’il a obtenu 16/20 de moyenne lors du dernier trimestre en classe de terminale, puis à l’examen inter-catholique organisé par le collectif des Collèges Catholiques du Bénin. Malgré cette note de 16/20 qu’il qualifie, selon lui de contre-performance, le troisième du Bénin n’a nullement baissé pavillon. En revanche, il s’est donné comme défi de redresser la barre en tutoyant le cercle restreint des meilleurs aux examens nationaux. Ce défi ainsi relevé avec le cumul des 17,36/20 au Bac n’est pas seulement du fait de ce génie. Les parents, tout aussi conscients et dévoués, ont également joué leur partition en termes d’encadrement et de suivi scolaire de leur progéniture. Idem du côté des enseignants qui ont veillé au grain même depuis les basses classes, de l’avis de l’apprenant. « Je fais toujours partie des cinq premiers au cours primaire », lâche satisfait ce jeune franciscain Elom Kodjoh-Kpakpassou. Ses différents records gagnés année par année témoignent du sérieux qui le singularise et du travail titanesque qu’il abat intellectuellement en classe. « Je suis le premier de mon département (Littoral), deuxième de la série D et troisième du Bénin », a dit confiant Elom Kodjoh-Kpakpassou, lui qui a arraché plus tôt à l’examen du Bepc 2015, une moyenne tout aussi élogieuse : 17,89/20. « Au Bepc 2015, j’ai obtenu 17,89/20 et actuellement au Bac, 17,36/20 », nous a-t-il informé, marquant ainsi cette constance qui le caractérise. Dès lors, on comprend aisément le rang occupé par ce candidat particulier qui, dans la peau du prophète, annonçait déjà à son professeur ce qui suit : « Les premières semaines de la rentrée scolaire 2017-2018, il m’avait abordé pour me dire qu’il voudrait atteindre le niveau du premier au Bac 2017, le jeune Maforikan », témoigne à Educ’Action Ibrahim Bakary, professeur de Mathématiques au CCPA, annexe de Godomey et Professeur principal (Pp) de Elom. En dépit de ce rêve que caressait Elom, occuper le premier rang au Bac 2018, semble-t-il, ne l’a pas hanté. Il tenait d’abord et avant tout à assurer sa réussite à cet examen. « Je ne travaille pas pour être nécessairement le premier du Bénin, mais je travaille d’abord pour réussir à l’examen », a déclaré à Educ’Action cet adolescent au regard naïf, tout souriant. Car, poursuit-il, il faut d’abord assurer la réussite avant de lorgner la première place. En réponse à cette humilité de l’apprenant, ses professeurs en fin connaisseurs, lui pronostiquaient bien le meilleur au Bac. A en croire son professeur de Mathématiques rencontré, le jeune garçon dispose bien d’atouts et des capacités nécessaires pour figurer parmi les meilleurs du Bénin au Bac. D’ailleurs, l’ensemble des professeurs qui encadrent Elom y ont travaillé. « ...ils m’ont encouragé pour. Ils m’ont donné des conseils pour que je puisse me concentrer et donner le meilleur de moi-même », témoigne le troisième du Bénin.

Elom, un surdoué ?

Du haut de ses 1 mètre 80, svelte et d’un teint bronzé, démarche visiblement imposante, Elom Kodjoh-Kpakpassou, calme et attentif, dégage, à en croire les indiscrétions, la posture d’un surdoué. Il explose de compétences et fait montre d’un intellectualisme unique. « Elom va à un rythme très rapide. Son degré de compréhension est très élevé », témoigne le prof de Maths, Ibrahim Bakary. Ce génie, de l’avis de certains, projette l’image de tout enfant béninois avec ses qualités et défauts. Selon le Professeur principal de Elom, lui qui l’avait coaché comme bien d’autres professeurs, le jeune garçon, effacé, l’avait déjà marqué par son sérieux au travail. « Lors des révisions pré-Bac, il descendait facilement tous les sujets et épreuves auxquels je soumettais toute la classe. Il était très avancé sur les autres et je ne pouvais pas aller à son rythme de peur de pénaliser ses camarades », confesse Ibrahim Bakary. Et pour ne pas retenir, non plus, son élan, le professeur de Mathématiques a dû mettre en place d’autres techniques pédagogiques. « J’ai subdivisé la classe en deux groupes. Elom était avec quelques autres élèves qui aussi travaillaient bien. Pour leur groupe, je leur donnais plus de travaux à faire et ils arrivaient à les faire rapidement et bien », a-t-il ajouté. Non seulement que son professeur de Mathématiques lui donnait l’occasion de partager ses connaissances avec ses camarades sur plusieurs sujets, mais il bénéficie également de sa part de quelques exercices atypiques de la série C alors qu’il était bien en série D. Conscient du défi qui l’attend, l’originaire de Lokossa, Elom Kodjoh-Kpakpassou, se rend toujours disponible et s’isole du lot par son engagement et sa motivation au travail. « Lorsque ses amis de la série C traitent des sujets lors des Travaux Dirigés, Elom prend leurs épreuves et les traitent déjà le week-end d’avant », a fait observer le Professeur principal qui voit en lui le désir et la volonté de progresser. « Lorsqu’il rencontre des difficultés sur les sujets, il me les soumet pour d’amples explications », a-t-il confié à Educ’Action. Hormis les professeurs du Collège Catholique, Elom est aussi encadré à la maison par deux répétiteurs en Mathématiques et Physique-Chimie. Une troisième personne qui ne lui marchande pas également son soutien. Il s’agit de sa tante Diane Hounkpatin, professeur en SVT des Lycées et Collèges. « A l’approche des devoirs, je vais chez elle et elle m’explique certaines notions », a témoigné Elom. Pour sa marraine Lucrèce Akpamoli, « Elom est un enfant qui ne dérange pas. Depuis le bas-âge, il ne m’a jamais déçue. Il travaille normalement et programme ses activités », confesse-t-elle à Educ’Action.

La foi en Dieu …

Elom possède deux qualités majeures qui ont marqué son professeur de Mathématiques : la politesse et l’humilité. « Il est très poli et très humble. Il salue poliment et sait dire merci. Si vous lui faites des remarques suite à une erreur qu’il a commise, il l’accepte volontiers. Il n’est pas orgueilleux », a apprécié le Professeur principal Ibrahim Bakary. Des traits qui, de l’avis de Elom, lui viennent de sa foi en Dieu. Né d’une famille religieuse, fervente et unie par les liens du mariage catholique, Elom Kodjoh-Kpakpassou ne cesse de remercier Dieu pour l’avoir élevé. « Je rends grâce d’abord à Dieu qui m’a donné sa Force, son Intelligence pour que je puisse obtenir ce résultat », évoque-t-il. Sa marraine de baptême demande, quant à elle, la Grâce et la Clémence de Dieu sur lui afin qu’il continue sur ce beau chemin jusqu’à la fin de son cursus universitaire.

Perspectives d’avenir …

Est-ce que Elom voyage pour poursuivre ses études à l’étranger ? Le jeune répond à Educ’Action n’avoir encore rien décidé pour l’heure. Ce dont il est sûr est la filière qu’il pense faire à l’université. « Je suis à l’aise dans les chiffres, car j’aime bien les Mathématiques et les Statistiques associées aux chiffres et à l’Economie qui est un domaine assez porteur et qui m’intéresse beaucoup », a expliqué Elom Kodjoh-Kpakpassou dont le ‘’secret de réussite réside principalement dans la prière et la mise à jour des connaissances’’.

Une famille de talentueux …

Les deux frères et la sœur de Elom lui ont visiblement emboîté les pas. « Ses frères et sœur travaillent bien aussi comme lui », renseigne le professeur Ibrahim Bakary. « J’ai occupé le 8ième rang du Bénin au Bac, édition 2018 », informe, à son tour, Pamela Gbotémi, cousine rapprochée de Elom. Les géniteurs William Kodjoh-Kpakpassou et Josiane Hounkpatin, respectivement Magistrat (actuel président du Tribunal de commerce) et Ingénieure informatique, se démarquent aussi et s’illustrent comme des parents modèles.

Hermann Maurice SAGBOHAN

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.