banner ong educaction

Revue des politiques dans l’enseignement technique et professionnel : Le Bénin se dote d’une politique améliorée dans l’EFTP

Organisée par l’UNESCO, la deuxième édition de l’atelier de validation du document de revue des politiques de l’EFTP au Bénin a connu la participation des cadres du secteur de l’éducation venus pour s’imprégner des nouvelles offres éducatives pouvant booster l’économie béninoise. C’était dans la journée du mardi 29 mai 2018 à Bénin Royal Hôtel à Cotonou en présence de Mahougnon Kakpo, ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle.

 

«90,84% de nos concitoyens, âgé de 15 à 64 ans, dans le secteur informel, sont loin de contribuer de façon efficace à l’essor d’une économie moderne, celle à laquelle tout peuple est à même d’aspirer. Nos vaillants artisans, producteurs et éleveurs sont victimes d’un système éducatif peu ambitieux qui accorde peu d’intérêt à leurs capacités à changer le visage de notre société ». Ce sont-là les propos du ministre Mahougnon Kakpo qui donne tout un sens à cette assise dont le but ultime est la validation du document de revue des politiques de l’EFTP. Lequel document va permettre aux différents acteurs présents, de prendre connaissance des moyens et actions mis en place par les experts de l’UNESCO pour booster l’économie béninoise à travers les métiers techniques et professionnels. A l’entame de cet atelier, Rokhaya Diawara, représentante du Directeur du bureau régional de l’UNESCO à Abuja, a renseigné les cadres sur la qualité des experts ayant contribué à l’élaboration de ce rapport avant de donner un brin de détails sur le contenu de ce document présenté par les experts Jackie Fourniol et Hélène Guiol. « Avec ce rapport, vous aurez une vision claire des grands constats tels que la pression démographique et la pauvreté et leurs conséquences sur les compétences ; la croissance économique insuffisante qui ne réduit pas suffisamment les inégalités ; la faible efficacité interne et externe ; la faible qualité du capital humain et l’accès limité à la technologie ; la non adéquation formation emploi et l’acquisition de compétences nécessaires dans le domaine de l’EFTP », a-t-elle informé. Tout en laissant le document à l’appréciation des acteurs du système, Rokhaya Diawara reste convaincue de l’importance de ce document. « Nous estimons que vous allez disposer d’une base solide pour orienter vos décisions dans l’opérationnalisation de la vision du Chef de l’Etat du Bénin et de son gouvernement qui vous ont confié de réussir la mission de la formation structurelle de l’économie béninoise » a-t-elle ajouté. Rassuré de la pertinence des constats faits par les experts de l’UNESCO, le ministre de l’Enseignement Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Mahougnon Kakpo a salué l’UNESCO pour la qualité et l’envergure de ses actions aux côtés du peuple béninois et de son gouvernement. « Le rendez-vous de ce jour est une illustration parfaite de l’attachement de l’UNESCO à accompagner le gouvernement dans sa volonté de réformer totalement le système éducatif de notre pays. Depuis avril 2016, l’ambition de faire de notre école un levier stratégique de croissance économique et d’épanouissement social se matérialise progressivement et cela, nous y arrivons résolument parce que nous gagnons chaque jour le pari des réformes en profondeur », a exprimé le ministre avant l’ouverture officielle de l’atelier. Des travaux en ateliers sur différents thèmes, des débats sur les principales conclusions de la revue sont autant d’activités qui ont permis aux cadres et acteurs du système, d’apporter des suggestions et recommandations pour l’amélioration de ce document. Pour information, la validation de ce document qui en est à sa deuxième édition a été déjà élaborée en 2011 par l’UNESCO et le BIT sous la demande du gouvernement béninois pour examiner le travail qui se fait dans l’EFTP.

Estelle DJIGRI & Ornella BADA (Stg)

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.