banner ong educaction

Pour l’insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées : L’éducation inclusive comme seule et unique alternative crédible

Toutes les personnes à besoins spécifiques et handicapées ne bénéficient pas encore totalement d’une éducation inclusive. Les quelques-unes qui ont été formées dans les centres spécialisés ont montré qu’elles peuvent réussir dans tous les domaines de la vie. D’une part, à travers l’éducation formelle, ils ont fait le cursus normal et ont fini par obtenir leurs diplômes.

Aujourd’hui, ils travaillent dans les services publics et privés. D’autre part, par la formation professionnelle, ils gagnent leur pain quotidien. D’émouvants témoignages de modèles de réussite à la perception de la société sur les personnes handicapées, ce reportage s’y intéresse.

«…J’ai eu l’opportunité de rencontrer une personne handicapée qui a été formée au centre de formation professionnelle des personnes handicapées d’Akassato. Cet enfant a suivi deux ans de formation dans ce centre en agro-pastoral. Après avoir reçu son parchemin, les parents ont mis à sa disposition un terrain de 1.000 mètres carrés environ. Ils lui ont construit des locaux pour lui permettre de faire l’élevage. Lorsque nous sommes allés sur le terrain, le monsieur a 400 têtes de volailles ou de bétails en général…Autour de lui, il y a une équipe de quatre personnes bien portantes.Mais, c’est lui qui contrôlait l’alimentation et le dosage des médicaments et c’est encore lui qui veillait sur bien des choses… Ses parents ne l’auraient pas scolarisé et on ne l’aurait pas amené à acquérir une formation du genre, qu’aujourd’hui, il serait une charge pour sa famille », raconte Appolinaire Dazogbo, directeur adjoint des affaires sociales et des personnes handicapées. Ce témoignage vient relancer de fort belle manière le débat lié aux personnes vivant avec un handicap en même temps qu’il vient confirmer que le développement d’une Nation passe également par l’éducation inclusive des personnes à besoins spécifiques.

Avantages de l’éducation inclusive pour les personnes à besoins spécifiques…

Les personnes handicapées s’ouvrent les portes de réussite et d’épanouissement par l’éducation inclusive. « … Par la scolarisation, par l’éducation inclusive, la personne handicapée peut s’assurer de son avenir », affirme Appolinaire Dazogbo qui explique que certaines parmi les personnes vivant avec un handicap vont jusqu’à l’université et passent régulièrement les examens nationaux avant de conclure qu’elles bénéficient d’une éducation inclusive afin d’apporter leur pierre à l’édifice de la Nation. « … Elles ont des potentialités que nous ignorons », dira Alexandre Zondo, Chef du Service de la prévention et de la réadaptation des personnes handicapées (C/Sprph) pour appuyer les propos de Appolinaire Dazogbo. Cette inclusion, dit-il, englobe les deux volets d’éducation : formelle et professionnelle pour accoucher, à terme, des modèles de réussite.

L’éducation inclusive : modèle de réussite pour les personnes à besoins spécifiques…

Grâce à l’éducation inclusive, quelques personnes handicapées ont pu tirer leur épingle du jeu. Sur le terrain, ils montrent que les deux volets d’éducation leur ont permis de compétir avec les valides. C’est pourquoi, pour survivre dans la société, explique Alexandre Zondo, ils ont besoin de formation, d’emploi. Par exemple : « … Des personnes aveugles travaillent avec nous au Ministère de la Famille », avoue le Chef service pour illustrer ses propos et la nécessité d’employer ou d’autonomiser cette catégorie de personnes. Il précise que ces agents traitent tous les courriers comme les personnes dites normales. Mieux encore, soutient-il, ils manipulent l’ordinateur comme ceux qui jouissent pleinement de leurs facultés visuelles. Il poursuit en informant que d’autres sont actuellement employés dans la fonction publique même s’ils ne sont pas en nombre suffisant. Dans son périple, l’équipe de votre journal Educ’Action a rencontré une personne vivant avec un handicap qui fabrique et commercialise des chaussures. Avec ce métier, confesse-t-il, il a pu fonder son foyer avec des enfants normaux qui mènent une vie normale. Dans son atelier, des personnes bien valides sont employés comme apprentis et ouvriers.

Avoir son diplôme …

Si effectivement les personnes handicapées accèdent au cursus normal (primaire, secondaire et universitaire) et finissent régulièrement par l’approche d’éducation inclusive, le problème de l’emploi demeure tout de même. « Le diplôme est la clé d’accès à l’emploi. Car, nous sommes héritiers d’un système colonial où, au Bénin, le diplôme détermine la capacité d’une personne à exercer un emploi », affirme Appolinaire Dazogbo qui souligne qu’avec l’éducation inclusive, les personnes à besoins spécifiques peuvent avoir un diplôme et chercher un emploi. Pour Christian Adekou, Assistant du Secrétaire Technique Permanent du PDDSE, la chance des enfants handicapés et à besoins spécifiques ne doit plus être réduite par rapport à celle des autres dits normaux. Car, dit-il, ils sont des êtres humains qui doivent aussi apporter leur pierre à l’édifice pour le développement du pays. Donc, ils doivent être, rappelle-t-il, en mesure de fréquenter toutes les écoles parce qu’ils sont dotés des facultés. Un constat fait : certains types de spécification des personnes à besoins spécifiques ne bénéficient pas d’un programme officiel. Quelles sont alors les raisons de cette exclusion ?

De l’exclusion des personnes handicapées…

Certaines spécifications, selon le type de handicap, ne bénéficient toujours pas des programmes pouvant les aider à être inclus dans le système éducatif spécialisé. Par exemple, il n’existe pas encore de programmes officiels pour les sourds. « Nous avons certes des écoles qui s’occupent de ces genres de personnes. Mais, il reste que les choses soient formalisées afin que cette éducation ne soit plus sélective mais plutôt inclusive voire une réalité », observe Alexandre Zondo en appelant au secours l’Etat pour que quelque chose soit faite à l’endroit de ces personnes à problèmes auditifs.

Aux statistiques poignantes des personnes à besoins spécifiques…

Selon le rapport de la Banque Mondiale, renseigne Appolinaire Dazogbo, 15% de la population mondiale sont des personnes handicapées. Il déduit que si la population du Bénin fait déjà plus de 10 million d’habitants, alors le nombre de personnes handicapées atteint au moins un million. Dans ce monde, il y a des spécifications, selon le type de handicap. « Il y a des centres gouvernementaux à Sègbèya et à Parakou qui éduquent les enfants à déficiences intellectuelles, d’autres handicapés visuels », informe Appolinaire Dazogbo. Il indique, par ailleurs, que d’autres initiatives privées existent et s’occupent également de ces personnes sourdes. Pour que l’éducation soit totalement inclusive, recommande-t-il, des thématiques liées au handicap doivent faire partie des curricula de formation des enseignants.

Enseignants formés sur les thématiques du handicap…

Aujourd’hui, toute la couche sociale, notamment les enseignants, doit être formée sur des thématiques concernant d’une part la vie des personnes handicapées et d’autre part des thématiques en lien avec leur éducation. « … il faut commencer cette éducation à la base en formant les enseignants sur des thématiques de handicap depuis l’Ecole Normale Supérieure (ENS) et les écoles de formation », conseille Appolinaire Dazogbo qui souhaite que l’écriture braille et la langue des signes soient également enseignées dans ces centres de formation. Quant à la langue des signes, il préconise qu’elle soit enseignée aux enfants valides et handicapés dans les écoles primaires afin que les deux puissent communiquer pour ainsi réduire le champ de discrimination, de stigmatisation et les clichés de la société sur ces personnes.

Perception de la société sur les handicapés…

Quand bien même, ces personnes possèdent des compétences, la société porte toujours un regard rabaissant voire humiliant sur elles. Car, la population estime que les personnes handicapées ne sont bonnes à rien et ne peuvent donc pas entreprendre et rien faire sous prétexte de leur handicap. D’où des foires organisées par celles-ci ne connaissent pas grande affluence, regrette Appolinaire Dazogbo, indexant la société qui se fait une autre image de ces compatriotes-là. Si dans les villes, certains handicapés sont dignes de produire des articles valorisants, dans les milieux reculés par contre, Appolinaire Dazogbo remarque qu’ils s’investissent dans l’art.

Des textes de loi en vue pour corriger les clichés…

Au regard de la loi portant protection et promotion des droits des personnes handicapées, rappelle Appolinaire Dazogbo, il est stipulé en son article 70 que les personnes souffrant d’un handicap peuvent déposer leurs dossiers pour postuler à un emploi et jouir de leur salaire. Cependant, dès que ces textes de loi sont promulgués, ajoute-t-il, par le Chef de l’Etat, toute personne qui se serait impliquée dans la discrimination vis-à-vis de ces personnes ou aurait rejeté leurs candidatures subirait la rigueur de la loi. Que cela soit dans le secteur privé comme public.

Andromaque AGLI & Hermann SAGBOHAN

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.