RAVIP 02

Maître de Conférences Agrégé : Un grade pas comme les autres

De blanc vêtu dans son bureau à la Doctrine, la veste accrochée au porte-manteau, Arsène-Joël Adéloui, Maître de Conférences Agrégé (MCA) ou Professeur Agrégé des Universités du CAMES en droit public, s’affaire devant son ordinateur portable.

Selon le Professeur Benoit Koutinhoin, directeur du CPUAQ, ce grade est différent des autres car, les enseignants doivent passer le concours d’agrégation pour le mériter. Sont concernés par ce concours, les domaines du droit, des sciences politiques, de l’économie, de la gestion, de la pharmacie, de la médecine humaine et vétérinaire, renseigne le directeur du CPUAQ. Pour ce qui est du droit, trois étapes sont à franchir pour le concours : 1- Présentation de l’ensemble des travaux (thèses et articles publiés) à un jury de sept membres ; 2- la leçon de commentaire de texte et 3- la leçon de dissertation. Pour ces deux épreuves, « vous tirez un sujet que vous préparez en huit heures avant de le présenter en trente minutes au jury », renseigne Arsène-Joël Adéloui. En termes de charges pédagogiques et académiques, le MCA dispense des cours aux étudiants, supervise les travaux dirigés et travaux pratiques animés par les maître-assistants et assistants, encadre les mémoires de Master des étudiants et les recherches doctorales. Il doit aussi animer un laboratoire de recherche. Les maître-assistants et assistants se doivent normalement d’accompagner le MCA, à en croire Arsène-Joël Adéloui, qui, après 3 ans et des publications scientifiques, pourra postuler au grade de Professeur titulaire des universités CAMES.

Adjéi KPONON

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.