banner ong educaction

Voici les 20 conditions de l’Intersyndicale pour sauver l’année 2017-2018

On en sait davantage sur les préoccupations qui justifient les mouvements d’humeur et les mouvements de débrayage enregistrés dans le sous-secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, précisément dans les universités nationales du Bénin.

Que ce soient le SNES, le Synhub, le Synares, le Snecc, le Secup ou encore le SynEC/Una, tous parlent désormais de la même voix. Pas de reprise des chemins des amphithéâtres ou des laboratoires avant la satisfaction intégrale et totale de leurs revendications énumérées en vingt points. D’un ton menaçant et ferme, l’intersyndicale des UNB se dit prête à lutter, sans désemparer pour solutionner durablement les problèmes qui fâchent les enseignants du Supérieur. A travers une sortie médiatique en fin de la semaine écoulée qui a eu pour cadre l’ex amphi FLASH, les secrétaires généraux des syndicats cités supra ont sonné la grande mobilisation et sont plus que décidés à ne pas abdiquer. En cas d’indifférence du gouvernement face à ces préoccupations qui conditionnent la reprise des activités académiques, une grève de 72 heures par tacite reconduction est envisagée. Le spectre de l’année blanche est brandi comme ultime cartouche pour faire entendre raison à l’Exécutif, ont-ils menacé.

Voir la liste

Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.