banner ong educaction

Mahoudi Jonhson, à propos de l’élaboration de la politique enseignante au Bénin

Il faut commencer le processus en mettant en place une feuille de route.

Le Bénin est entré dans la phase de dynamisation de son système éducatif à travers l’élaboration d’une politique de la fonction enseignante. Consultant interne ayant en charge l’élaboration de ladite politique, Mahoudi Comlanvi Jonhson explique les motivations de cette nouvelle boussole que nous espérons, apportera des changements qualitatifs au système éducatif béninois en agonie. Entretien !

Educ’Action : Pourquoi une politique enseignante pour le Bénin ?

Mahoudi Jonhson : Il faut dire que depuis mars 2011 le Bénin a élaboré un diagnostic de la politique enseignante. Nous nous sommes posé un certain nombre de questions pour savoir les raisons pour lesquelles les enseignants ne sont pas toujours ces personnes qui se réalisent à travers leur travail, à travers leur profession. Avec ce diagnostic, qui date de 2011, la manifestation de la volonté politique a permis à ce processus d’aboutir à la présente politique. Maintenant, nous devons rechercher des voies les moyens pour attirer, recruter et véritablement gérer la question des carrières des enseignants pour leur mieux être.

Vous avez travaillé sur la méthodologie pendant ces deux jours d’atelier. Que retenir de cette rencontre ?

Ce qui a été fait ici est un atelier de lancement et on pourrait dire que c’est un atelier d’orientation méthodologique. Lancement parce que nous avons regroupé tous les acteurs de l’éducation afin de relever leurs préoccupations et voir si ils adhèrent à cette volonté politique que l’UNESCO appuie en identifiant quelques pistes de début d’actions. En termes de méthodologie, nous avons insisté, par exemple, sur le fait qu’il ne s’agit pas de montrer la route car il y a déjà des guides. L’UNESCO a travaillé dans certains pays sur les mêmes thématiques et, en ce sens, a mis en place des guides autant que la banque mondiale, l’Union Africaine (UA). Justement, on s’est dit en plus de cela qu’il fallait commencer le processus en mettant en place une feuille de route qui, sur six mois, va nous conduire à l’élaboration de cette politique.

Est-ce à dire que dans six mois nous aurons un document qui prend en compte la fonction enseignante de la maternelle jusqu’au supérieur ?

C’est ce que nous supposons et que nous proposons. Effectivement on va essayer et ce ‘‘on va essayer ’’ veut dire qu’on va prendre le temps de mieux asseoir la consultation nationale, de mieux faire intervenir les partenaires et surtout de faire en sorte que les personnes capables d’aller dans le sens de la rédaction, de la mise en œuvre soient véritablement partie prenante afin que nous puissions conduire véritablement ce processus.

Propos recueillis par Ornella BADA (Stag) & Adjéi KPONON

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.