banner ong educaction

Changement d’établissement aux apprenants : Une pratique à double impact sur la réussite scolaire

Pour diverses raisons, des flux migratoires scolaires s’observent chez des apprenants. Sans aucun doute, ces déplacements d’un établissement à un autre laisse, cependant, des conséquences soit positives, soit négatives sur la psychologie, la vie sociale et le rendement scolaire des migrants en mouvement. Eléments de réponses dans ce reportage.

 

«J’ai quitté le CEG Zogbo parce que mes parents étaient très mécontents de mes rendements scolaires, car j’étais sur le point de redoubler. Ils ne supportaient plus de me voir à la maison à cause des grèves perlées », confie Jonathan Djivo aux reporters de l’hebdomadaire Educ’Action qui se sont vite empressés d’aller à la rencontre de ses parents, mais en vain. La situation de Jonathan ressemble à celle de milliers d’apprenants qui font, à chaque rentrée scolaire, un flux migratoire abandonnant leurs anciennes écoles (publiques ou privées) pour rejoindre des écoles privées que leurs parents jugent de qualité. Les mobiles sous-tendant cette mobilité scolaire sont multiples et multiformes. Pour en savoir davantage, l’équipe s’est rapprochée d’autres élèves ayant connu des migrations scolaires. Ils affirment que leur performance scolaire s’est améliorée et qu’ils ont pris conscience de leur faible niveau intellectuel. « … Les professeurs sont compétents, c’est moi qui n’aimais pas étudier. Conséquence, j’ai redoublé et mes parents m’ont changé d’école », témoigne Donald Amouvi, 16 ans, élève en classe de seconde au Complexe scolaire « Clé de la réussite ». Il poursuit que son actuelle école lui met régulièrement la pression. Laquelle pression, précise-t-il, a impacté positivement ses résultats et sa réussite scolaire. Voilà encore deux témoignages poignants qui montrent que le changement d’écoles apporte des modifications dans la vie des apprenants.

Impact négatif sur la psychologie et les rendements de l’apprenant …

Cet important flux migratoire scolaire d’un établissement à un autre laisse des impacts négatifs sur les apprenants. Cet impact est beaucoup plus observé chez les plus grands que chez les tout petits. « Plus cet enfant grandira, il se retrouve dans la déchirure de ses liens qu’il a commencé à établir avec des enfants de son âge, les maîtres de sa classe, avec cet environnement où il a eu à prendre des repères … », explique Gérard Ahyi, Coordonnateur du service psycho-social au Village d’enfants SOS Vesos Abomey-Calavi. Cette déchirure, poursuit-il, peut alors devenir un gros défi pour cet enfant. Car, il faut que l’enfant s’habitue au nouvel environnement, qu’il se resocialise avec de nouveaux amis, avec un nouveau maître. Donc, en intégrant sa nouvelle école, « l’enfant éprouvera des difficultés à intégrer un nouveau groupe parce qu’il sera écarté, il y aura une rébellion qui va se former autour de lui pour l’intimider », soutient Eunice Djomamou, assistante psycho-sociale en formation à Esas. En outre, l’éloignement de l’enfant de son milieu initial, du fait que c’est difficile à supporter, lui crée des psychoses. Lesquelles psychoses sont liées au stress, à l’anxiété, à la peur, au repli sur soi. De plus, l’enfant peut se retrouver parfois dans un état de déséquilibre où il ne connaît plus son enseignant. « Ils ne finissent pas de se socialiser avec leurs enseignants et ils se retrouvent subitement en face d’un autre dans une nouvelle école », constate Irénée Gbeffe, Directrice du Complexe scolaire de Cocotomey Groupe-B, qui voit que ce comportement des parents impacte la vie sociale de l’enfant. De ce fait, « … Le rendement qu’il doit donner, même s’il est un bon travailleur, va connaître une petite ou une légère baisse dans son évolution », pense la directrice. Pour Alexis Odunlami, lorsque l’enfant n’est pas d’un bon niveau, le changement de milieu peut agir sur les résultats. « Si l’enfant n’est pas déjà assez bien pourvu intellectuellement, il est facilement désorienté. Il en est de même pour ses résultats qui sont influencés », démontre Alexis Odunlami. Au même moment où ce changement d’établissement perturbe certains apprenants, d’autres s’y retrouvent et s’en sortent sans difficultés.

Impact positif sur le devenir de l’apprenant…

Ce déplacement d’un établissement à un autre établissement peut améliorer aussi le rendement scolaire de l’apprenant. « Il peut avoir un impact direct sur la performance scolaire et des conséquences directes en termes de socialisation réussie », déclare Gérard Ahyi qui observe que tous les enfants n’ont pas des traits caractéristiques communs de s’adapter aux différentes situations. Certains, par contre, s’y adaptent facilement et réussissent brillamment. La directrice du Complexe scolaire de Cocotomey Groupe-B soutient les propos de Gérard Ahyi et témoigne qu’il y a des enseignants qui vont recevoir ces enfants et vont les amener à bien travailler à travers le suivi, l’affection, l’attention et des conseils. Par des justifications, explications, aveux et preuves à l’appui, Bello Wahidi, Directeur de l’Ecole de formation des personnels d’encadrement de l’éducation nationale (Efpeen), relate sa propre expérience en termes d’effet positif induit par le changement d’établissement sur le rendement de l’apprenant. « Moi, je l’ai dit. Je crois que c’était à Ouidah lors de la fête des enseignants de physique. J’ai eu à leur présenter mon propre cas. Je suis venu du CEG de Djougou. Il était mentionné sur mon bulletin ‘‘exclu’’… Je suis venu à Cotonou pour reprendre la classe de 3ième. J’ai été refusé dans les CEG. Il a fallu l’aide de ‘‘Cheminot’’ pour que je reprenne le chemin de l’école. Non seulement que j’ai repris ‘’Cheminot’’, mais j’étais également toujours à la tête. Pourtant, j’avais été exclu du CEG de Djougou », témoigne Bello Wahidi pour montrer que lorsqu’un élève change d’établissement, ses résultats scolaires peuvent bien s’améliorent, s’il prend bien conscience de son avenir. Il va plus loin racontant l’histoire d’un enfant avec qui il a eu à travailler. « J’ai eu le cas d’un enfant nommé Sikirou. Il a obtenu zéro en Mathématiques au Bac D... J’ai eu à travailler avec l’enfant et il a repris les cours dans un autre établissement privé. Il a obtenu son Bac avec mention bien et mieux encore, 16 de moyenne en mathématiques », témoigne-t-il pour ainsi dire que le changement d’établissement, pour une raison donnée, influence positivement les résultats scolaires de l’apprenant.

Solutions à apporter aux apprenants désorientés …

Pour aider l’enfant en déplacement scolaire, « il faut d’abord une adaptation pour que l’enfant se mette dans le bain des réalités du milieu qu’il veut bien fréquenter », explique Irénée Gbeffe tout en précisant qu’il faut un trimestre pour que l’enfant retrouve tout son équilibre psychologique, intellectuel et moral. Ce qui est le plus souvent observé, les parents déplacent l’enfant sans son avis. De ce fait, Gérard Ahyi conseille aux parents de discuter avec l’enfant dans l’optique de la préparation psychologique et de l’assurance que, dans la nouvelle école, il aura de nouveaux amis. Aussi, faut-il que l’enfant ait un suivi scolaire réel pour ne pas sentir cette difficulté à intégrer le groupe de son école. Les acteurs du système éducatif rencontrés ont tous souhaité que, dans la situation de changement d’établissement, les parents s’approchent des enseignants afin de s’informer de la performance de leur enfant nouvellement inscrit dans leur établissement. D’autres psychologues voient que l’amour et l’affection peuvent également contribuer à aider l’enfant à surmonter les difficultés de changement d’établissement. Dans une autre parution, nous reviendrons en détails sur les mobiles des flux migratoires scolaires et les corrélations y afférentes.

Hermann M. SAGBOHAN

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.