banner ong educaction

Le DAC Hounwanou, à propos de la circulaire du MESTFP

Ils seront sanctionnés conformément à la décision que l’autorité va prendre.

 

Le Directeur Adjoint de Cabinet du MESTFP, Marcellin Hounwanou, revient ici sur le contexte de la note circulaire, objet de polémiques.

Educ’Action : Pourquoi l’autorité ministérielle a pris une telle note circulaire ?

DAC : L’enseignant est un modèle pour l’apprenant. Nous sommes conscients que la plupart de nos enseignants s’habillent correctement. Mais, il y a dans nos rangs, certains qui négligent un peu leur image. Ils doivent être de bons modèles pour nos apprenants. Dans la revalorisation de la fonction enseignante, ils doivent bénéficier d’une prime vestimentaire. On ne leur a pas encore accordé cela. On n’a pas besoin de leur donner de l’argent avant d’exiger qu’ils soignent leur image. Il y a des enseignants qui vont en classe avec des tee-shirts de publicité et autres. Ce n’est pas souhaitable. Ensuite, c’est inadmissible que les apprenants et enseignants utilisent leurs téléphones portables. Les portables même éteints, étaient interdits depuis longtemps. Nous avons élargi cette décision aux enseignants, car certains enseignants reçoivent des appels, d’autres sont fréquemment connectés sur les réseaux sociaux lorsque le cours est en cours.

Quelles sanctions encourent enseignants et apprenants qui iront en violation de la note circulaire ?

S’il y a des professeurs qui s’illustrent par l’utilisation de leurs téléphones portables dans les classes, cela veut dire qu’ils ont décidé de fouler aux pieds la décision de l’autorité. Ils seront sanctionnés conformément à la décision que l’autorité va prendre.

Propos recueillis par : Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.