banner ong educaction

Après la directrice du CEG Zogbo à Cotonou : Le directeur du CEG 2 Ouidah aussi suspendu de ses fonctions

"Joint au téléphone, il s’en remet à l’Eternel. Au Ministère, on promet la poursuite de l’assainissement".

La spirale des suspensions dans le sous-secteur de l’Enseignement secondaire se poursuit. Après la directrice du Ceg Zogbo, la semaine écoulée, c’est au tour du directeur du Ceg 2 Ouidah de perdre son poste de directeur.

Joint au téléphone, le désormais ex directeur s’en remet à Dieu. Du côté du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, on informe que la décision de suspension du directeur est bien motivée, avec la ferme résolution de poursuivre l’assainissement du sous-secteur secondaire.

Après la Directrice du Ceg Zogbo à Cotonou, récemment suspendue par l’autorité de tutelle, c’est le tour de Edmond Gbèlèmè, Directeur du Ceg 2 Ouidah, de subir la même sanction. Il a été suspendu, le mercredi dernier. Des sources renseignées indiquent que le comptable du collège serait aussi relevé. En attendant la nomination de son successeur, Alfred Koundé, directeur du CEG 1 Ouidah, a été désigné pour assurer l’intérim. Pour l’équilibre de l’information, Educ’Action a réussi à joindre via téléphone, le directeur sortant du Ceg 2 Ouidah. Edmond Gbèlèmè, très calme, s’est exprimé en ces termes : « monsieur le directeur de publication, je vous remercie par rapport à votre démarche ; vous savez, il a plu à l’autorité de me nommer à la tête du Ceg 2 de Ouidah, et depuis hier soir (mercredi soir), il lui a plu encore de me retirer sa confiance. je ne voudrais pas en faire un sujet de polémique, mais n’importe comment, je suis très à l’aise parce que je ne sais pas ce que j’ai fait qui m’a valu cette suspension. Mais je laisse tout à l’Eternel et arrêtons le débat là. J’ai reçu une demande d’explication à laquelle j’ai répondu... Un jour, on a le pouvoir, un jour, on peut le perdre, donc je ne veux pas en faire un objet de polémique ». Dans le souci de l’équilibre de l’information, Educ’Action a joint également l’une de ses sources au Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle qui a confirmé, sans embages, que la décision prise par l’autorité est bien motivée. Selon notre informateur qui a requis l’anonymat, des enquêtes ont été préalablement menées et ont prouvé la culpabilité du directeur. «...Tous ceux qui sont cités, d’une manière ou d’une autre, sont appelés pour des échanges et c’est quand la culpabilité est établie que le Minsitre instruit le directeur départemental à l’effet de prendre des mesures conservatoires contre l’intéressé en attendant la prise d’un arrêté », explique la source de Educ’Action. Des indiscrétions, l’assainissement du sous-secteur du secondaire va se poursuivre, contre vents et marées.

Serge David Zoueme

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.