banner ong educaction

Pollution de l’océan par incivisme de l’homme : Des élèves s’engagent pour assurer la propreté

Sensibilisés sur la pratique du rejet des sachets plastiques dans la nature, cause de la présence d’environ huit millions de tonnes de sachets dans l’océan avec pour conséquences la mort de plusieurs tortues marines chaque année, une centaine d’élèves viennent de prendre l’engagement d’être des acteurs défenseurs de l’océan.

Cette décision des élèves du CEG Grand-Popo, du CEG Avlo, du Lycée Technique Coulibaly de Cotonou et du Club Jeunes « Nudobiba » du CEG Dantokpa qui participent au projet « climat sous surveillance » intervient suite au constat des dégâts que l’incivisme de l’homme provoque sur la réserve de biosphère de la bouche du Roy. Déplacés sur le site de l’embouchure du fleuve mono, dans le village d’Avlo-plage à Grand-Popo, le vendredi 08 Juin 2018, ces apprenants ont pu toucher du doigt les réalités des changements climatiques. Posters à l’appui, scientifiques et océanographes de l’Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (IRHOB), de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et de l’ONG Nature Tropicale ont exposé aux enfants le rôle que l’océan joue dans la détermination du climat. « Cette zone est sur l’influence de l’océan Atlantique et du fleuve Mono. Souvent on parle de la lagune de Grand-Popo. L’embouchure bouge beaucoup et les études ont montré que sa vitesse est d’environ 700 mètres par an. Quand l’embouchure se ferme, l’homme vient l’ouvrir mécaniquement », a renseigné Docteur Georges Dégbé, océanographe-physicien et chercheur de l’IRHOB devant des élèves assoiffés de connaissances. Mais une fois que nous jetons des plastiques dans l’océan, poursuit-il, cela signifie que nous apportons du carbone et nous savons que le carbone est l’un des gaz qui participe au réchauffement climatique. « Cela veut dire que si nous apportons du sachet dans notre environnement, nous sommes en train de changer notre climat », alerte-t-il. Cette visite des élèves dans la réserve de biosphère de la bouche du Roy s’inscrit dans un objectif bien déterminé que Zacharie Sohou, Directeur de l’IRHOB n’a pas manqué de souligner. « Nous sommes arrivés ici dans le cadre de la Journée Mondiale de l’Océan. C’est avec le concours financier de l’Institut royal des sciences naturelles de la Belgique que nous avons pu organiser cette manifestation à travers le programme CEBIOS », informe-t-il avant d’insister que les océans participent à l’existence de l’homme qui a le devoir de les préserver. Pour information, la célébration de la Journée Mondiale de l’Océan de cette année a été placée sous le thème : « Rendons propre notre océan ».

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.