banner ong educaction

Conférence-débat du RADEB sur le bilan de la gratuité de l’éducation de base : Seulement 20% sur 141% des apprenants arrivent à la fin du cursus scolaire

«La mesure de gratuité de l’éducation de base mise en œuvre depuis 2006 a permis de résoudre le problème de l’accès à l’école du plus grand nombre d’enfants, mais elle n’a pas pu maintenir le maximum d’apprenants jusqu’à la fin du cursus scolaire.

Sur un taux de 141% d’apprenants qui sont entrés en classe de CI, seulement 20% sont restés jusqu’en classe de terminale ». C’est ce qu’il faut retenir de la communication sur le thème ‘’ Gratuité de l’école au Bénin : bilan et perspectives ’’ présentée par Abdel Rahamane Baba-Moussa, STP-PDDSE lors de la conférence-débat organisée par le Réseau des Acteurs de Développement de l’Education au Bénin (RADEB), le jeudi 24 mai 2018, à l’Hôtel KTA à Cotonou. Une décennie après l’expérimentation de cette mesure de gratuité de l’éducation au niveau de la maternelle, du primaire et au premier cycle du secondaire pour les filles, les acteurs de la société civile intervenant dans le secteur de l’éducation ont décidé donc de passer au bilan. L’école est sociale et ne saurait avoir une valeur marchande, estime Paul Loko, président du RADEB. Mais malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme cela se doit. « Quand cette décision avait été prise, tous les enfants entraient à l’école comme on entrait dans le moulin. De 50.000 apprenants, on est passé à 82.000 apprenants au lendemain de la prise de cette décision », a-t-il martelé avant de relever que l’école est rendue gratuite certes, mais c’est maintenant que les frais à payer par les parents sont devenus plus excessifs. Cette mesure de gratuité, souligne le communicateur Abdel Rahamane Baba-Moussa, a entrainé l’accroissement de l’effectif des apprenants et une hausse des ressources allouées au secteur éducatif ces dernières années. Seulement, a-t-il ajouté, elle ne s’inscrivait pas dans une résolution holistique des problèmes de l’éducation. « Dans l’urgence, il faut trouver le modèle éducatif qui convient au pays et c’est à cela que s’attèle le nouveau Plan Sectoriel de l’Education Post 2015 », a-t-il conclu. Composé d’une trentaine d’associations et d’ONGs actives en éducation au Bénin, le RADEB œuvre depuis sa création en 2005 à une éducation de qualité pour tous à travers des initiatives pédagogiques innovantes et la promotion des bonnes pratiques. Avec ses 60 mini-projets financés à hauteur de 120 millions de francs Cfa environ par des bailleurs tels que l’Agence Française de Développement (AFD), l’Ambassade de France près le Bénin et la Coopération suisse, le RADEB ambitionne être à l’horizon 2021 un réseau visible, autonome et influent avec des membres engagés pour une éducation inclusive de qualité pour toutes et pour tous.

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.