banner ong educaction

Arrivé 1er à l’examen du CEP 2018 avec 19,58/20 : Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin concrétise sa prophétie

Né à Cotonou le 21 Juillet 2007, de Sènan Alain Tinhouitin et de Rosalie Edwige Ahouandjinou, Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin est le second garçon d’une fratrie de quatre enfants dont une fille et, par ailleurs, le fils aîné de sa maman.

 

Agé aujourd’hui de 11ans, le champion du Bénin au CEP 2018, a prophétisé son résultat en début d’année, témoigne son encadreur de classe qui précise qu’il s’est donné les moyens intellectuels pour y arriver. « C’est un enfant qui aime le travail. Quand on lui donne des consignes, il fait pression sur lui-même et n’aime jamais se faire arracher la 1ère place. Quand on fait des devoirs et il n’est pas le meilleur de la classe, il est gêné. Il arrive même des moments où il coule des larmes », témoigne Essoham Blahtare, le titulaire de CM2/B de l’Ecole Catholique Mgr Patient Redois I/B de Djougou dans le département de la Donga. D’une mère infirmière diplômée d’Etat et d’un père ingénieur biologique (communément appelé technicien de laboratoire) et coordonnateur de projet au Ministère de la Santé, Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin qui avoue dialoguer avec ses parents en lieu et place des châtiments corporels, ambitionne de finir ingénieur robotique ou administrateur des finances. Il est fin passionné des jeux de construction, du sport et surtout des dessins animés du bouquet 76 de Canal+. Son dessin animé préféré a pour nom : ‘’Bob l’éponge’’. Originaire de Za-Kpota dans le département du Zou, Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin qui a pour meilleur ami de classe Mahfouz Sabouya, fait parler de lui à travers la constance de ses excellentes performances sur une longue durée, suscitant curiosité, estime et admiration de son environnement immédiat. Admis à l’Ecole Catholique Mgr Patient Redois en classe de CP en 2014, il est resté dans la durée 1er de sa classe jusqu’en classe de CM2. Blessé dans son amour propre jusqu’à couler des larmes, c’est la seule fois où il a occupé la 5ème place au CM1, confie son maître. « A cette époque-là, il y a eu un léger relâchement et il s’est vite repris, car à l’évaluation suivante, il a repris sa place de leader », dira Essoham Blahtare pour justifier ce qui constitue, aux yeux de Carmel, une contre-performance. Comme l’entourage de Carmel, Essoham Blahtare affirme ne pas être surpris par son résultat au CEP 2018. Poursuivant ses témoignages sur le jeune Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin visiblement déterminé à affronter les réalités du premier cycle du Secondaire dès l’année académique 2018-2019 qui s’ouvre dans une quinzaine de jours, il déclare : « Généralement quand je donne des activités de maison, à la récréation, ses camarades se regroupent autour de lui pour qu’il puisse les aider à les traiter. C’est un garçon qui aime partager ses connaissances. C’est lorsqu’il ne comprend pas qu’il vient vers moi me soumettre ses difficultés et je l’aide à les solutionner ». A la suite de son maître, le papa Sènan Alain, président local de la Jeune Chambre Internationale de Djougou qui a aussi explosé de joie à l’annonce de la nouvelle raconte : « Action de grâces sur action de grâces… Je suis à la fois très heureux pour lui et pour moi-même parce que son rêve a été réalisé. C’était le rêve de Carmel d’être le 1er au CEP 2018. Et il travaillait beaucoup pour. Certainement pas pour être le 1er du Bénin mais pour être parmi les meilleurs. Il disait à qui voulait l’entendre qu’il souhaiterait aller au Prytanée militaire. Je dois avouer qu’il fouille beaucoup. Il fait beaucoup de recherches. Et quand la nouvelle est tombée, il était rassuré d’être le 1er de la Donga. Mais avant l’examen du CEP, il disait à sa mère et à moi, et si j’étais le 1er du Bénin ? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui aurait plus de moyenne que moi ? Et chaque fois, il revient dessus. Je l’ai rassuré en lui disant ce qui est sûr, si c’est toi, cela se saura. ». La maman qui a mille et une raisons d’être plus heureuse que le papa pour s’être organisée et trouver le temps pour mieux suivre et encadrer Carmel que son époux souvent en déplacement pour des raisons professionnelles, nous livre, à son tour, ses sentiments avant de nous renseigner sur sa payante et efficace méthode d’encadrement et de suivi de son fils aîné qui fait, sans aucun doute, aujourd’hui, la fierté du Bénin éducatif au Primaire : « Je n’arrive pas à contenir ma joie. Je suis très contente. Joie doublée d’émotion sont les sentiments qui m’animent. Quand Carmel revient de l’école, son premier souci, c’est de remplir son ventre. Après le goûter, il va chercher de l’eau pour se rincer le corps. Ensuite, s’il y a eu une discussion entre le maître et lui sur un sujet, il te l’expose et recherche ton arbitrage. Si ton avis rejoint le sien, il crie victoire, jubile et lâche : voilà ! Moi j’ai raison. Dans le cas contraire, il poursuit ses recherches jusqu’à comprendre la position du maître sur la question avant de se résigner ».

DSC 0044

Des conseils sur comment devenir premier à l’examen…

A la question de savoir, comment devient-on le 1er du Bénin, Sèdami Filéas Tchègoun Carmel Tinhouitin qui adore l’igname pilée avec du fromage et la sauce arachide répond : « il faut apprendre ses leçons, faire ses exercices et faire beaucoup de recherches. Il faut surtout être curieux et beaucoup suivre le maître en classe ». Parole de l’ancien premier responsable de sa classe qui affirme avec fermeté et conviction que c’est seulement à ce prix que l’on devient 1er du Bénin au CEP.

Les mérites de l’élève brillant reconnus et célébrés par son école…


A l’annonce de son rang national et de sa moyenne de 19,58 pour son classement en 6ième Mgr Paul Kouasivi Vieyra, de son retour de voyage malgré la fatigue s’est empressé de célébrer, en présence du lauréat et de sa famille, du corps d’encadrement de son école, une messe d’action de grâces pour rendre grâce à Dieu et partager sa joie avec son entourage éducatif dont Gérald Da Silva, le Directeur diocésain de l’enseignement catholique. A l’occasion, Mgr a reçu à déjeuner le lauréat, sa famille proche et ses encadreurs avant de lui remettre une lettre de félicitations et une enveloppe financière de vingt-cinq mille (25.000) francs CFA.
Très réactif en classe, son maître déplore cependant son côté bavardage qu’il dit ne pas trop aimer.

Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.