banner ong educaction

Travaillant sous des toitures perforées et sans mobiliers : Les directeurs du CS Cocotomey s’en remettent aux bonnes volontés

Le Complexe Scolaire de Cocotomey végète dans des conditions d’apprentissage tristes et lamentables. Situé en plein cœur de Cocotomey, cet établissement public baigne dans un état de délabrement inquiétant pour le bien-être psychologique de ses usagers. Educ’Action a touché du doigt les conditions de vie et de travail des apprenants et enseignants qui ne savent à quel saint se vouer. Pour l’heure, rien n’est fait au grand dam des usagers de cette école.

 

S’il y a un établissement public du primaire placé sous la supervision de Augustin Amagbégnon, Chef de la Région Pédagogique N° 11 et qui peine à retrouver l’éclat et la joie du travail épanouissant, c’est bien sûr le Complexe Scolaire Cocotomey A-B-C. Situé dans le village de Cocotomey, non loin de la Pharmacie La Concorde, le CS Cocotomey regorge de trois groupes pédagogiques dont deux sont dans des conditions de travail précaires. Des toitures perforées mettant apprenants et enseignants entre supplices et prières en saison pluvieuse couplées à l’inondation de la cour de l’école, des tables-bancs en nombre insuffisant pour faire asseoir les apprenants. C’est le cocktail de difficultés auxquelles sont confrontés les pensionnaires du Complexe Scolaire Cocotomey A-B-C. « Lorsqu’une pluie s’annonce, il y a une peur qui m’envahit. De l’eau qui coule sur la tête des petits enfants et les classes aussi ne manquent pas d’être touchées », a fait savoir à Educ’Action Irénée Alice Gbeffe, Directrice en service à l’EPP Cocotomey/B pour exposer ce que vit son groupe pédagogique en période de pluie. A l’en croire, son groupe pédagogique végétait dans de telles conditions avant sa prise de service le 28 octobre 2017. Cet avis est confirmé par Raphaël Agassounon, Vice-président du bureau APE qui souligne que cette école est dans cet état depuis 2017. « Les enfants n’ont pas de mobiliers pour s’asseoir. Ils sont assis quatre ou cinq par table. En dehors de cela, je puis vous dire aujourd’hui que les toits du bâtiment sont dans un état de dégradation très avancé. Dès qu’une petite pluie tombe, les enfants sont obligés de s’isoler ou de se recroqueviller sur eux-mêmes pour pouvoir supporter l’orage qui vient. Dès qu’il y a une petite pluie, l’école s’inonde et la grosse flaque d’eau qui y reste peut permettre à une pirogue de traverser », se désole Arnaud Agbohounka, Directeur du groupe C du CS Cocotomey. Pourtant des démarches ont été faites par le collège des directeurs de l’école en collaboration avec le bureau APE. Deux courriers en date du lundi 8 mai 2017 ont été adressés au Maire d’Abomey-Calavi pour avoir satisfaction, mais c’est resté visiblement sans réaction.

Irne Alice Gbeffe directrice du groupe C

Irénée Alice Gbeffe, directrice du groupe C

De la substance des courriers à l’indifférence du Maire…

Reçu le mercredi 10 mai 2017 par Moise Tonoukouen sous le numéro 04528, le premier courrier adressé par le collège des directeurs est relatif à l’état du CS Cocotomey, qui est en même temps un centre d’examen pour les candidats au CEP. Dans ce courrier dont Educ’Action a reçu copie, les acteurs de l’école ont dévoilé au Maire la précarité des infrastructures scolaires allant de la toiture aux mobiliers des six classes du bâtiment qui abrite le groupe B. En dehors de cela, ils ont évoqué les saisons de grandes pluies qui inondent la cour de l’établissement. Pour ce qui est du second courrier reçu à la même date et toujours par la même personne mais cette fois-ci sous le numéro 004531, la demande de tables et bancs en est la quintessence. Malgré toutes ces lettres signées par ce collège de directeurs et accusées de réception par Moise Tonoukouen, rien n’a bougé d’un pouce. A la question de savoir si le Maire a réagi quelques jours après le dépôt des courriers, Irénée Alice Gbeffe lâche anxieuse : « Ils sont venus prendre les vues l’année passée et ont déclaré qu’ils ne peuvent rien faire en ce moment ». Educ’Action dans sa démarche a adressé, à son tour, un courrier le 16 août 2018 et accusé de réception le même jour sous le numéro 09369 au Maire pour avoir sa version des faits. Dans la matinée du vendredi 23 novembre 2018, l’équipe de reportage de Educ’Action s’est rendue à nouveau au CS Cocotomey pour voir si entre temps, la situation de l’établissement a évolué. « Nous avons pu changer quelques feuilles de tôles de la classe de CM1 seulement à l’aide des fonds issus de la location de la cour de l’école à l’occasion des cérémonies de réjouissance », a laissé entendre la Directrice du groupe B. A part cette réfection des tôles sur fonds propre, rien n’a changé et le courrier de Educ’Action est resté lettre morte jusqu’au moment où nous mettons sous presse. Néanmoins, les directeurs rejouent la carte de doléances, malgré l’indifférence de l’autorité municipale.

Une vie sous haute tension électrique…

« Mon souhait le plus ardent, c’est que le bureau APE puisse quand même nous aider, à travers la coordination départementale et nationale afin que les differents projets initiés par la mairie puissent également nous atteindre parce que c’est la seule école publique du village de Cocotomey. Le besoin d’envoyer les enfants à l’école est très grand dans le village, mais nous n’avons pas d’infrastructures. Nous n’avons pas de mobiliers non plus. Les cahiers d’activité sont en manque », réitère Arnaud Agbohounka, un des signataires des courriers pour rappeler le rôle qui revient au bureau APE. Pour sa collègue du groupe B, son cri de cœur est adressé surtout à l’endroit des bonnes volontés à divers niveaux. Toutefois, les difficultés de cette école ne s’arrêtent pas à ce niveau. Un transformateur d’électricité est installé dans l’établissement depuis environ trois ans. Un fait qui suscite émoi et inquiétude, car au moment de l’inondation, la tranquillité des usagers de cet établissement public est perturbée. Educ’Action se propose de revenir sur les circonstances et les inconvénients liés à l’installation de ce transformateur.

Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.