banner ong educaction

Après la validation du PSE post 2015 en Conseil des ministres : Le GLE planifie les activités par indicateur

Réunis dans la salle de conférence du Secrétariat Technique Permanent du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (STP-PDDSE), les acteurs et cadres du secteur de l’éducation ont été conviés, les jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018, pour un travail de réflexion.

Deux jours durant, ces acteurs ont apporté leurs différentes contributions à l’effet d’élaborer le programme de dépenses qui va accompagner le Plan Sectoriel de l’Education validé en Conseil des ministres. C’était sous la supervision du STP Abdel Rahamane Baba-Moussa et de Yacinthe Gbayé, représentant la Banque Mondiale, entité de supervision des ressources du Partenariat Mondial pour l’Education.

«Identification, description et décomposition des indicateurs de la part variable du nouveau programme du PME liés au PSE post 2015 ». C’est pour mieux en parler que le Groupe Local Education (GLE) a rassemblé les cadres et acteurs du système de l’éducation pour conjuguer leurs efforts afin d’élaborer les indicateurs d’équité, d’efficience et de qualité des acquis des apprentissages, conditions de base pour permettre le décaissement de la part variable du financement. En effet, une fois le Plan Sectoriel de l’Education validé par le Conseil des ministres, il est primordial pour ces acteurs de passer à l’élaboration du programme qui va accompagner le plan ainsi qu’au financement du programme qui est fait en deux volets. « Dans ce programme, il y a la part fixe qui est de 70% du financement et la part variable, 30% qui est décaissée sous conditions », a renseigné Abdel Rahamane Baba-Moussa avant d’expliquer le principe de décaissement de la part variable, qui fait l’objet de la présente assise. « La part fixe du financement, 70%, est immédiatement décaissée une fois que le Plan Sectoriel de l’Education a été validé. Quant à la part variable qui est de 30%, le décaissement est conditionné par la réalisation des objectifs liés à un certain nombre d’indicateurs à savoir la qualité des acquis des apprentissages, l’efficience et l’équité », a-t-il précisé. Des travaux en groupes sont quelques activités qui ont marqué ces deux jours d’atelier.

Des travaux en atelier…

Au cours de cette assise, les acteurs ont mené des réflexions pour élaborer les activités qui seront contenues dans chacun des indicateurs. Pour ce qui concerne le premier indicateur relatif aux résultats des apprentissages, il s’agira d’améliorer le suivi des acquis des apprentissages scolaires à travers des évaluations standardisées en français et en mathématiques. Une approche standardisée permet la comparabilité de l’évaluation dans le temps. Ces évaluations seront réalisées par échantillonnage avec une représentation départementale incluant aussi bien les écoles publiques que privées. Les résultats nationaux seront vulgarisés et les résultats de chaque département seront diffusés au niveau du département. Pour l’indicateur « efficience », dont l’objectif est d’améliorer le taux de promotion au Primaire afin d’améliorer le taux d’achèvement du Primaire, les activités pouvant contribuer à booster l’ardeur des apprenants, selon les membres du groupe 1, sont entre autres : identifier et mettre en œuvre les mesures innovantes visant à redynamiser le fonctionnement des unités pédagogiques ; à encourager les enseignants ; à accompagner les élèves en difficulté ; à mettre en place des groupes de travail qui aideront les élèves en difficultés ; à renforcer les capacités des directeurs d’écoles pour qu’ils puissent mieux accompagner les enseignants ; à améliorer le ratio élèves-manuel ; à encourager la mise en place des cantines scolaires ; à procéder à la relecture des programmes ; à faire des contrats d’objectif avec les CRP. Le groupe 2 qui a eu la responsabilité d’énumérer les activités pouvant entrer en ligne de compte pour l’indicateur « équité » a retenu le recrutement de nouveaux enseignants et leur répartition équitable au niveau des communes identifiées ; l’évaluation des besoins en enseignants des communes mal desservies qui se fera à partir de la détermination du nombre d’enseignants à affecter aux communes prioritaires et enfin la sélection des écoles à pourvoir laissée à l’appréciation des CRP couvrant les communes bénéficiaires. Chaque indicateur sera financé à hauteur de 2.000.000 de dollars. Au terme des présentations, des apports, des suggestions et des recommandations ont été faits par les participants pour améliorer la qualité du document final qui sanctionne cet atelier.

Urielle HANOU (Stg) & Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.