banner ong educaction

Session extraordinaire du Groupe Local Education (GLE) : PTF, cadres et experts valident le projet de PSE 2018-2030

C’est une salle de conférence archicomble du Secrétariat Technique Permanent du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (STP-PDDSE) qui a accueilli cette énième session du Groupe Local Education (GLE).

Réunis autour de Abdel Rahamane Baba-Moussa, Secrétaire Technique Permanent du PDDSE, et de Valérie Liechti, Directrice Résidente de la Coopération Suisse au Bénin, les cadres, PTF et experts de l’éducation se sont donnés rendez-vous le jeudi 22 mars 2018. Au menu des échanges, passer au crible, les différentes recommandations formulées par les experts lors de l’évaluation externe du PSE post 2015. Prononçant son allocution, la Directrice Résidente de la Coopération Suisse a salué le leadership du gouvernement et le dynamisme des équipes techniques qui ont travaillé à la réalisation de ce document. S’exprimant au nom du Ministre des Enseignements Maternel et Primaire (MEMP), le STP-PDDSE a remercié les PTF, cadres, experts et autres personnes ressources qui ont œuvré à l’élaboration de ce Plan qui couvre la période 2018-2030. Il n’a pas manqué de souligner que ce sont au total plus de cinq cent (500) personnes qui ont travaillé d’arrache-pied lors des différentes sessions pour faire de ce Plan, une réalité.

Aperçu des travaux …

C’est au total 29 recommandations qui ont mobilisé l’attention des participants. Une à une, ces observations formulées par les experts lors de l’évaluation externe du projet de PSE 2018-2030 ont été passées au peigne fin afin de les prendre en compte dans le document final. Au terme des débats, on peut noter que la quasi-totalité des recommandations formulées par les experts ont été prises en compte. Il y a un travail complémentaire à faire sur les indicateurs même s’il y en a déjà 300. Les participants à cette rencontre ont aussi convenu de la nécessité d’identifier parmi les indicateurs ceux qui sont les plus pertinents pour faire le suivi lors des revues. En effet, a fait remarquer Abdel Rahamane Baba-Moussa, une meilleure définition de ces indicateurs permettra de mieux aborder la question de l’inclusion qui est une réforme phare du nouveau Plan. Par ailleurs, ces indicateurs permettront aussi de mieux faire la lumière sur les questions de l’adéquation formation-emploi puisque, dit-il, « nous avons un gros volet sur l’arrimage avec le développement des compétences et le renforcement des capacités des apprenants ». Autre élément tiré de la quintessence des débats, cadres et PTF ont rappelé la nécessité de mettre en œuvre ce qu’il convient d’appeler le schéma de l’éducation de base qui met les passerelles entre tout ce qui est éducation de type scolaire vers la pré-professionnalisation et la professionnalisation.

IMPRESSIONS DE QUELQUES PARTICIPANTS

 

Abdel Rahamane Baba-Moussa, Secrétaire Technique Permanent du PDDSE

« J’ai des impressions de satisfaction totale. Satisfaction d’avoir cru en la possibilité de la réforme et d’avoir été endurant, car le processus dure depuis octobre 2014. Satisfaction d’avoir atteint les résultats. Malgré les difficultés, nous avons pu mobiliser un noyau dur interministériel qui a conduit les travaux. Nous avons une très belle réforme et une très belle architecture mais il faut se donner les moyens de leur mise en œuvre effective. D’abord que d’ici 2030 aucun enfant béninois ne soit hors du système éducatif, car tout le monde est pris en compte. Ensuite, que l’offre éducative soit en phase avec les besoins culturels et de développement du pays. Pour cela, il y a encore du travail à faire en matière de réflexion. En ce qui concerne le reste du chemin à parcourir, il faut d’abord que nous finalisions la rédaction en prenant en compte les recommandations qui ont été formulées. Ensuite que le Plan soit envoyé au conseil des ministres pour validation. Après cela, nous allons élaborer une nouvelle feuille de route pour prioriser les actions complémentaires à mettre en œuvre pour l’implémentation et la mise en œuvre de la nouvelle réforme. Cela dit, il est vrai que nous avons constaté un déficit d’appropriation par les acteurs concernés d’où un déficit dans la mise en œuvre des recommandations formulées avec le premier Plan. Pour palier cela, nous devons prendre des mesures pour avoir un bon organe autonome et efficace de suivi. Il faudra aussi mettre en place un dispositif de dissémination et d’appropriation du Plan par tous les acteurs. La structure STP-PDDSE doit être restructurée et remise au goût du jour conformément à la nouvelle configuration des ministères, à la nouvelle politique du gouvernement et à la nouvelle conception de la coordination avec un nouveau CNE. Ces décisions doivent être prises très rapidement pour nous permettre de jouer le rôle d’accompagnement et d’appui à la mise en œuvre du Plan et de suivi des indicateurs que nous avons retenus ».   

Dr Valérie Liechti, Directrice Résidente de la Coopération Suisse

« Mes impressions sont très bonnes. J’ai apprécié le fait que ce Plan soit adopté aujourd’hui par l’ensemble des PTF que nous représentons. C’est une étape importante de la feuille de route qui a été établie. C’est l’étape d’avant la fin, car il reste encore l’endossement par les PTF après l’adoption du Plan par le gouvernement. Nous nous réjouissons de sa qualité et des innovations qu’il contient. En tant que PTF, il nous reste à articuler le montant de notre engagement dans la mise en œuvre de ce PSE 2018-2030. En ce qui concerne la mise en œuvre, il y a un certain nombre de recommandations qui ont été formulées sur la priorisation de certains indicateurs et l’affinage du dispositif pour l’ensemble de la mise en œuvre de ce Plan ».

Adjéi KPONON

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.