banner ong educaction

RAVIP:Les acteurs de l’éducation apprécient…

Boniface Agani, enseignant de la classe de CM2 à l’EPP Hinde 1:«Oui, j’ai fait le RAVIP. L’ambiance était comme l’on peut l’imaginer. Les agents posaient des questions confidentielles. Le nom de mon père, de ma mère, leurs lieux de naissances et tout. Il y avait une longue file d’attente. Pourvu que cela soit vraiment la carte à tout faire comme ils ne cessent de le dire. A la fin, j’ai eu un papier comportant un numéro qui me permettra après de retirer la carte ».

 

Clémentine Quenum, directrice du CEG Les Pylônes:«J’ai fait le RAVIP et c’est une bonne chose. Ce que je reproche à l’équipe par contre, c’est qu’ils ne sont pas très outillés. Ils n’ont pas beaucoup d’appareils pour prendre nos empreintes et puis ils nous posent certaines questions qui à mon avis ne sont pas trop précises. On me demande où est née ma maman et même son âge. Moi, j’ai répondu que ma maman est née dans son village tout simplement ».

 

Yvette Tchayé, élève en classe de Tle au CEG Dantokpa:«Ça s’est bien passé mais il y avait tellement de monde. Il faut faire des heures debout et c’était vraiment pénible de se faire enrôler. Mais avec la patience, j’ai fini par le faire et c’était bon simplement ».

 

Phidias Aklo, étudiant en première année de philosophie:«J’ai fait le RAVIP la semaine passée à la maison. Cela a été facile dans la mesure où je l’ai fait à ma manière. Je l’ai fait parce que selon moi, c’est quelque chose d’important. Puisque tout le monde le fait, ce n’est pas moi qui vais rester à l’écart. Cela permettra un recensement de la population et chacun aura un numéro d’identification ».

 

Ozaki Edah, étudiant en deuxième année à la FASEG:«J’ai fait le RAVIP dans le 9ième arrondissement à Fifadji. Je l’ai fait parce que j’aurais appris que cela permettra d’améliorer le système électoral. J’ai aussi appris que la carte nous permettra d’avoir accès à beaucoup de choses comme c’est le cas pour notre carte d’identité ».

 

Arnaud Ayigbon, étudiant en 2ième année de CBG:«Je n’ai pas encore fait le RAVIP parce que je n’ai pas le temps et aussi, quand je me présente là-bas il y a toujours beaucoup de personnes. A mon avis, il devait avoir beaucoup de postes pour faire les enregistrements. Je suggère qu’il y ait un poste de recensement sur le campus. Du lundi au samedi, je suis sur le campus et le dimanche aussi je suis occupé ».

La Rédaction

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.