banner ong educaction

Pour la sécurité routière des apprenants : Les passeurs souhaitent plus d’accompagnement

La question de sécurité routière des apprenants exige une grande responsabilité de la part des autorités des écoles. Pour ce faire, ces promoteurs d’établissements privés pour la plupart font recours à des agents de sécurité pouvant aider les usagers de l’école notamment les apprenants à traverser la voie.

Comment les agents de sécurité gèrent-ils leurs tâches quotidiennes ? Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés ces hommes en uniformes pour la plupart ? Educ’Action à travers ce constat vous plonge dans leur réalité. Reportage !

Il est 7heures 30 minutes ce jeudi 26 avril 2018. Nous sommes sur la RNIE 1, dans le quartier de Cococodji, situé dans le département de l’Atlantique. L’affluence des passagers dans la circulation à cette heure de la matinée ne permet pas aux apprenants du Complexe Scolaire ‘‘St Félix’’ de traverser la voie pour se rendre à l’école. Une école érigée non loin du nouveau pont qui mène vers le quartier Hêvié. Les apprenants habitués aux aides des agents de sécurité attendent ces derniers pour se retrouver dans leurs salles de classes. Avec dextérité, Mathias Djohougla, maître des lieux en uniforme marron, se saisit des mains les tout petits pour leur permettre d’atteindre le portail du CS ‘‘St Félix’’. Un peu loin à Gbodjè se trouve le Complexe Scolaire‘‘La Miséricorde’’. Les reporters du journal Educ’Action constatent le même exercice qui se fait par Rémi Houanvo, habillé en tenue civile. Dans la même journée de ce jeudi à 14 heures 45 minutes, sous une chaleur caniculaire devant la Circonscription Scolaire de Gbégamey se font entendre des coups de sifflet d’un homme en uniforme bleu nuit qui accompagnait les élèves dans la traversée de la voie. Loin d’être un policier municipal formé pour réguler la circulation, c’est bien sûr un simple agent de sécurité d’une ONG qui s’affaire à alléger la tâche aux usagers des écoles situées aux alentours de cette circonscription. Approché, Jules Vodounon, président de l’ONG Union des Forces pour le Développement (UFD), sueur au front, déclare d’une voix chevrotante : « j’ai commencé par sécuriser et traverser la voie aux apprenants depuis la révolution populaire sous feu Général Mathieu Kérékou à Cadjèhoun avant d’élargir mon champ à Gbégamey, précisément devant la Circonscription Scolaire de Cotonou ». En effet, ils sont nombreux ces hommes en uniforme pour la plupart recrutés par les écoles pour aider les apprenants dans leur navette à traverser la voie. Ainsi, comment ces agents de sécurité s’organisent-ils et quelles sont les difficultés auxquelles ils sont exposés ?

Mathias Djohougla et son collgue en pleine traverse de voie aux apprenants

Mathias Djohougla et son collègue en pleine traversée de voie aux apprenants

De l’organisation aux difficultés rencontrées par ces agents de sécurité …

Selon le recoupement des faits, ces hommes en uniforme pour la plupart sans formation sont recrutés par les autorités des écoles pour aider les enfants. Cependant, ils se pointent tôt les matins à 7 heures, à 14 heures dans l’après-midi et à 17 heures des fois jusqu’à 19 heures à la sortie des apprenants. Dans leurs tâches quotidiennes, ces agents de sécurité ne sont pas trop considérés et se heurtent souvent à des usagers indélicats. « J’endure beaucoup de choses sur cette voie de Gbodjè. Les conducteurs de taxi et de moto cognent parfois les enfants. Des fois, je suis battu par certains usagers de la route, mais je fais l’effort de m’en tenir à eux », témoigne, d’un air triste, Rémi Houanvo, agent de sécurité routière opérant devant le Complexe Scolaire ‘‘La Miséricorde’’ à Gbodjè pour ainsi parler de ses difficultés quotidiennes. A la question de savoir comment il s’organise dans la gestion d’une éventuelle bagarre, l’agent de sécurité du CS ‘‘La miséricorde’’ témoigne, à son tour, qu’il affronte les usagers de la voie malgré ses moyens limités en emmenant de force les motos au commissariat. Le même mode semble être utilisé par Jules Vodounon. « Les usagers de la voie sont têtus et ne veulent pas obéir aux coups de sifflet. J’ai dû changer donc de méthode en m’opposant aux usagers qui ont fait l’option de l’entêtement. J’enlève les clefs de leurs motos quand il le faut », confie-t-il avant de préciser qu’il a commencé ce travail parce qu’il était témoin actif d’un accident sur un enfant. Si Rémi Houanvo du CS ‘‘La Miséricorde ’’et Jules Vodounon font usage de force en cas de non-respect des conducteurs sur la route, Mathias Djohougla du CS ‘‘St Félix’’ a reçu le quitus des gradés de l’armée pour leur faire recours. « Nous n’utilisons pas la force, mais nous avons des personnes de bonne foi qui nous ont donné leurs numéros : des gradés de la gendarmerie et de la police. Ils nous demandent de les appeler en cas de problèmes », a déclaré l’assistant sécuritaire avant d’ajouter qu’il n’a pas encore traduit un conducteur à la police ni à la gendarmerie en dépit de leurs comportements peu recommandés. Pour mieux gérer la question sécuritaire des usagers des écoles concernées, ces agents de sécurité s’en remettent dans les mains des autorités de ces écoles et des personnes de bonne volonté.

Des doléances fusent dans le rang des agents de sécurité…

Dans le souci de mieux faire le travail pour lequel ils sont commis, ces hommes de la sécurité des apprenants jouent la carte de doléances. « Nous voulons demander à ces écoles à qui nous portons assistance de bien vouloir nous aider un tout petit peu, quitte à ce que nous soyons en joie », s’est adressé Mathias Djohougla, l’homme de la sécurité au CS ‘‘St Félix’’ avant de souligner qu’il traverse la voie à tous ceux qui sont dans le besoin. Souhaits relativement partagés par Rémi Houanvo qui demande aux autorités du Complexe Scolaire ‘‘La Miséricorde’’ d’avoir un regard bienveillant en sa faveur afin qu’il poursuive ce travail qu’il a commencé depuis feu Massirou Sikirou. Par ailleurs, il remercie les forces de l’ordre pour leur assistance dans la réussite de sa quotidienne tâche. Aussi demande-t-il plus de promptitude dans leur intervention.

Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.