banner ong educaction

Entretien avec Aristide Agondanou sur la participation du Bénin à ‘‘Visa For Music’’

"Les autorités de la culture sont toujours absentes malgré les multiples démarches… "

Evénement culturel de promotion des musiciens d’Afrique et du Moyen-Orient, la cinquième édition du festival ‘‘Visa For Musique’’ est prévue pour se tenir du 21 au 24 Novembre 2018 à Rabat au Maroc.

Ambassadeur de l’événement au Bénin, Aristide Agondanou revient sur la genèse de cette initiative, le bilan des cinq années d’existence et sa contribution à la promotion des artistes béninois sur l’international. Interview !

Educ’Action : C’est quoi le festival ‘‘Visa For Music’’?

Aristide Agondanou : ‘‘Visa For Music’’ est un marché de la musique qui est né suite à un constat. Son fondateur qui s’appelle Brahim El Maznot est un promoteur culturel marocain qui, partant des difficultés que les promoteurs africains rencontrent au niveau de la mobilité pour aller suivre des marchés de musique a décidé d’apporter sa touche particulière. Cet acteur culturel avéré qui utilise l’art et la culture pour développer son pays a eu donc l’idée d’initier un marché pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

Vous êtes l’ambassadeur de ‘‘Visa For Music’’ au Bénin. Quelle est la particularité de ce festival qui sera à sa cinquième édition cette année ?

Nous sommes à la 5ème édition qui aura lieu à Rabat au Maroc du 21 au 24 Novembre 2018. L’événement est soutenu par le Roi et le gouvernement du Maroc. Aujourd’hui, ‘‘Visa For Music’’ est devenu un rendez-vous incontournable pour les professionnels de la musique, les équipementiers de matériels de musique et les responsables de télévisions spécialisées en musique. Tous ces professionnels sont présents sur le marché et si nous devions faire un bilan, c’est que l’événement regroupe chaque année plus de 3000 professionnels et artistes. L’édition passée a connu la participation de 92 pays. Les structures étatiques en charge de la culture sont aussi souvent présentes pour faire la promotion de leurs artistes.

Quelles sont les conditions de participation au festival ?

Etant un marché international, l’inscription se fait en ligne en deux phases. Entre Mars et Avril, on annonce l’inscription des artistes. Cette phase est destinée à l’enregistrement des artistes qui souhaitent prendre part aux manifestations et ensuite le comité d’organisation essaye de choisir le nombre de groupes d’artistes qui, pendant l’événement, vont présenter leurs œuvres devant des professionnels. Ces artistes qui sont retenus, doivent jouer devant un public averti de professionnels composés de responsables de salles de spectacles, de festivals, de managers, de bookers, des journalistes spécialisés en critique de musique et des directeurs de radios et de télévisions. Ces professionnels apprécient la prestation des artistes en 15 ou 20 minutes. La seconde partie concerne l’inscription des professionnels. Quand on parle de professionnels, il s’agit des professionnels de la musique et des journalistes culturels. Contrairement à l’accréditation des artistes qui est payante, celle des professionnels est gratuite. L’étape de l’inscription des artistes est clôturée mais par contre celle des professionnels de la musique se poursuit. L’avantage de ce marché c’est aussi que c’est un lieu de formation et d’information. Formation parce qu’il y a des rencontres professionnelles où des thèmes sont choisis et présentés par des experts du domaine. C’est aussi un rendez-vous d’informations parce qu’il y a des structures comme des fondations, des associations qui viennent avec des moyens pour accompagner et investir dans des projets culturels porteurs. C’est donc une occasion de rencontrer des bailleurs qui viennent de partout dans le monde. Je pense que c’est une opportunité pour des acteurs et promoteurs du secteur parce que l’avenir est dans le métissage culturel.

En cinq années d’existence, combien d’artistes béninois sont parvenus à prester sur la scène de Visa For Music ?

Avec ‘‘Visa For Music’’, nous avons fait la promotion de la musique béninoise. Nous avons soutenu le projet Bénin International Musique (BIM) qui est en train de faire son petit bonhomme de chemin. On a fait la promotion de Sagbohan Danialou sur ‘‘Visa For Music’’, du groupe Tèriba, du groupe D-Flex et d’autres artistes. Malheureusement, les autorités en charge de la culture sont toujours absentes sur l’événement malgré les multiples démarches que nous menons chaque année pour inscrire un technicien du ministère de la culture sur Visa For Music. Pourtant, la France envoie plusieurs cadres de la culture sur cet événement qui se déroule sur notre contient.

Propos recueillis par Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.