banner ong educaction

Promotion de la gastronomie béninoise | La renaissance de quatre recettes ancestrales demain

Dans sa quête de contribuer à une indépendance alimentaire au Bénin, le festival Zâ rallume, depuis deux ans, le feu sous les marmites des grands-mères.

A l’occasion de la deuxième édition de ce festival de promotion de la gastronomie béninoise qui se tient du 22 au 26 novembre 2017, quatre recettes traditionnelles vont être sorties des sentiers battus.

Cowè, Adjabé, Abla et lèlè sont quatre recettes béninoises en voie de disparition, donc très peu connues de la nouvelle génération de jeunes. A la deuxième édition du festival Zâ, ces mets traditionnels sont programmés pour régaler les papilles gustatives de milliers de festivaliers attendus sur l’événement. En choisissant de mettre ces recettes de grand-mère sous les feux de la rampe, l’objectif pour Gloria Koessi-Govor, promotrice du festival, est de ressusciter ces recettes traditionnelles béninoises et de léguer les connaissances de sa préparation à la nouvelle génération de jeunes. Pendant les cinq jours de valorisation de l’art culinaire béninois, plusieurs activités sont annoncées pour égayer le public qui fera le déplacement du stade général Mathieu Kérékou. Il s’agit, entre autres, d’un village du festival qui reçoit chaque soir sur scène des musiciens pour des concerts et animations diverses, la découverte de plusieurs mets qui ont traversé le temps, mais qui méritent d’être revisités, la formation d’une vingtaine de filles à la pratique de la cuisine ancestrale et la grande innovation de cette édition du festival : La démo cuistot. « Notre vision, c’est d’arriver à faire l’inventaire de tous les mets béninois dans les différentes communes de notre pays. Des mets déjà connus et ceux tapis dans l’oubli seront valorisés à travers le festival Zâ », a confié la promotrice de l’événement à Educ’Action.

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.