banner ong educaction

Colloque national sur l’art culinaire traditionnel : En route pour la valorisation du maïs au Bénin

Première céréale la plus consommée sous diverses formes dans toutes les régions du pays, le maïs occupe une place de choix dans l’alimentation de la population béninoise. En milieu urbain, sa consommation se réduit progressivement au profit d’autres aliments comme le blé, le riz ou la pomme de terre.

Conséquence, les mets traditionnels préparés à base de maïs sont en train de disparaître des habitudes alimentaires de la population citadine, occasionnant ainsi, la disparition progressive de la gastronomie béninoise. Ne pouvant rester les bras croisés face à une telle situation, Gloria Koessi-Govor, promotrice du Festival Zâ et Pacôme Comlan Alomakpe de l’agence Africa ICT ont décidé de jumeler les efforts pour redonner au maïs toutes ses lettres de noblesse.C’est autour de cette céréale que vont se dérouler donc les travaux du premier Colloque national sur l’art culinaire traditionnel du Bénin prévu pour se tenir du 15 au 16 novembre 2018 à Grand-Popo. En prélude aux travaux de ce Colloque, un appel à communication est lancé jusqu’au 27 octobre prochain à l’endroit des chercheurs et professionnels de la gestion du patrimoine culturel, du tourisme et de l’art culinaire pour la production d’articles à présenter lors du colloque sur le thème « L’art culinaire comme outil de développement durable et touristique : le maïs et son importance au Bénin ». Ce thème est subdivisé en trois axes principaux à savoir : « Le maïs dans l’histoire du Bénin », « Le maïs dans les productions culturelles et les cultes » et « Les savoirs culinaires sur le maïs dans le développement touristique ». Comme le stipule le communiqué, une attention particulière sera portée aux contributions axées sur des expériences développées ou vécues sur les savoirs culinaires portant sur le maïs et qui participent de la sauvegarde de ces savoirs considérés comme éléments du patrimoine culturel immatériel et de la capitalisation de ce patrimoine par le tourisme. A l’issue de l’appel, dix (10) communications sont prévues pour être retenues par le Conseil scientifique composé du Maître de Conférences et Directeur de l’Institut National des Métiers d’Art, d’Archéologie et de la Culture (INMAAC) de l’Université d’Abomey-Calavi, Didier Houénoudé, de Monique Ouassa-Kouaro, Maître de Conférences et Vice-doyenne de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales (FASHS) et de Arthur de Vido, Historien, Enseignant-chercheur au Département d’Histoire et d’Archéologie (DHA). Ce comité a donc la charge de choisir les 10 communications sur la base de critères bien définis qui sont laissés à la discrétion du Conseil scientifique. « Ce colloque va nous permettre à court et long terme de mettre en valeur certains mets et boissons à base de maïs de chez nous et surtout d’en faire la promotion ici et au-delà de nos frontières », a confié Gloria Koessi-Govor, promotrice du Festival Zâ.

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.