banner ong educaction

Fitheb 2018 au Bénin : Une vingtaine de pièces d’ici et d’ailleurs pour célébrer la fête du théâtre

Après la période d’hésitation, le Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) se précise. Les différentes attractions culturelles et innovations qui portent cette quatorzième édition du festival, sont désormais connues des professionnels des médias. C’est à la faveur d’un point de presse tenu, ce vendredi 12 octobre 2018, au siège de l’institution à Cotonou, et animé par le directeur Erick-Hector Hounkpê.

 

Le Fitheb aura lieu du 16 au 24 novembre 2018. Ainsi donc, la fièvre culturelle tant désirée sera, à nouveau, activée autour de la grande messe du théâtre africain dans plusieurs villes du pays : Porto-Novo, Cotonou, Lokossa, Abomey, Parakou et Natitingou. Il s’agit d’une démarche à la fois contagieuse et de rapprochement de l’art théâtral des populations à la base pour également faire d’elles des parties prenantes du Fitheb. Pour l’édition, une vingtaine de représentations théâtrales sont programmées. Le Bénin, à lui seul, offrira à voir une dizaine de pièces de théâtre, embellies par des séances de conte, d’humour, de danse et de lectures scéniques. Des autres pays participants au festival : Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chine, Côte d’Ivoire, Madagascar, Mali, Niger, Togo et Tunisie, sans occulter la France et Haïti, une dizaine de pièces de théâtre sont aussi attendues. Pour réussir l’adhésion populaire, une campagne communicationnelle est envisagée, ponctuée d’une série d’activités de remobilisation (campagne de salubrité sur les sites d’accueil des villages du Fitheb, spectacles d’attraction sur des places publiques des villes d’accueil de la biennale...) à tous les niveaux. Des lectures scéniques sont programmées dans des écoles, collèges, lycées, prisons, centres d’internement des malades, etc. pour les faire participer à la fête du théâtre. Le thème de cette quatorzième édition est bien : « Théâtre, engagement civique et social pour un développement durable au Bénin, en Afrique et dans le monde. » De l’avis du directeur du Fitheb, Erick-Hector Hounkpê, cette thématique émane des nouvelles formes de théâtre qui, de plus en plus, explosent avec leur public aux côtés du théâtre dit élitiste, encore la chasse gardée des intellectuels. Cette édition du festival sera donc la tribune idéale de projection sur ces types de théâtre qui se révèlent via des médiums variés avec une aisance de consommation pour la communauté. Autour de cette table ronde, plusieurs noms du théâtre africain et mondial. Il s’agit, entre autres, des professeurs Yacouba Konaté, directeur général du Masa, Hamadou Mandé, Vp – Institut international de théâtre, Majdy Bou-Matar, directeur artistique de Impact’Festival, de Kitchener, Ontario, Canada. Au cours du festival, un atelier régional de formation de trois jours sur la lecture scénique avec restitution publique est prévu du 18 au 20 novembre 2018, au profit des journalistes culturels. La rencontre des directeurs de festivals de théâtre ne fera pas défaut. L’une des innovations de l’édition est bien le Fitheb-distinction. Le dimanche 18 novembre, l’institution va procéder à la distinction des personnalités et institutions qui s’investissent pour le rayonnement du théâtre en particulier. Au Bénin, on évoque Tola Koukoui, Alougbine Dine, Koffi Gahou, José Plya, l’Institut français de Cotonou, le Centre culturel Chinois du Bénin, etc. S’agissant des non Béninois, on cite Kossi Assou (Togo), Zié Coulibaly (Côte d’Ivoire), Hamadou Mandé, (Burkina Faso). Par ailleurs, il sera procédé au baptême de la petite salle bleue du Fitheb du nom du feu Antoine Dadélé, ancien directeur du Fitheb.

Serge David ZOUEME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.