Imprimer

2ième Session extraordinaire du CCSE au STP-PDDSE

Écrit par Educ'Action on .

2ieme Session extraordinaire du CCSE au Stp-PDDSELa lettre de politique éducative passée au scanner avant validation

Le Comité de Coordination du Secteur de l’Education (CCSE) s’est réuni dans la matinée du vendredi 04 août 2017, dans les locaux du Secrétariat Technique Permanent du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (STP-PDDSE). Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la deuxième session extraordinaire de l’année. Les participants, en l’occurrence des acteurs du secteur de l’éducation, ont discuté des questions relatives à la lettre de politique éducative à l’horizon 2030.

«Pré-validation de la lettre de politique éducative à l’horizon 2030 ». C’est le motif principal de cette rencontre qui a mobilisé les techniciens et autres acteurs clés du secteur de l’éducation au Bénin. La lettre de politique éducative est un document important qui doit absolument servir de cadrage au nouveau Plan de Développement du Secteur de l’Education et de la formation 2018-2026, dans la mesure où elle constitue, à l’horizon 2030, le document d’ancrage stratégique aux nouvelles réformes structurelles et aux programmes et projets de développement du secteur. A l’ouverture des travaux, le président du Comité de Coordination du Secteur de l’Education (CCSE), Dèwanou Avodagbé, directeur de cabinet du ministère des Enseignements Maternel et Primaire, a exprimé sa gratitude aux acteurs du système éducatif présents avant de faire part de ses attentes. « La lettre de politique éducative est une pièce maîtresse qui va éviter la navigation à vue dans le secteur de l’éducation. Au regard de l’importance de ce document, je voudrais vous inviter à consacrer votre attention à l’exposé afin de percevoir dans les moindre détails la vision que porte cette lettre proposée pour notre système éducatif que nous voulons tous porteur », a déclaré le président, martelant que ladite lettre représente pour le PSE post 2015, une ligne directive, une boussole qui va guider les techniciens en charge de son élaboration dans les choix et les orientations stratégiques à opérer dans le cadre de leurs travaux.

Du contenu de la lettre...

La lettre de politique exposée par le consultant David Godonou Houinsa se résume en trois grandes parties à savoir : le préambule, le diagnostic et les enjeux de la nouvelle politique et enfin les grandes orientations de la politique sectorielle du Bénin en matière de l’éducation et de la formation à l’horizon 2030. Dans sa présentation, il a rappelé la vision globale du chef de l’Etat, surtout pour le secteur de l’éducation consignée dans le PAG. Il s’agit en substance de sa volonté à corriger les insuffisances du système national de planification qui entravent le développement du pays. Ainsi, le développement du capital humain occupe une place de choix au regard des défis économiques et sociaux à relever. Pour la concrétisation de cette volonté, le secteur de l’éducation et la formation se veut un véritable fer de lance pour le développement durable du Bénin. Le volet ‘’diagnostic’’ a présenté l’état des lieux de l’élaboration du Plan Sectoriel de l’Education depuis sa mise en œuvre en 2006, en passant par les deux fora sur le secteur de l’éducation, tout en mettant l’accent sur les progrès réalisés, les dysfonctionnements que le PSE post 2015 devra corriger ainsi que les  nombreux défis que le système éducatif doit relever à moyen et long termes. Pour les enjeux de la nouvelle politique, il s’agit, entre autres, de la demande quantitative et qualitative de la population post éducation de base et universitaire qui sera forte de 2013 à 2030. Par rapport à l’accès, il est important d’envisager, selon le consultant, des mesures d’équité et de justice sociale pour certaines zones et catégories sociales. Au plan de la qualité et de l’efficacité aussi bien interne qu’externe, il faudra, a-t-il indiqué, accorder plus d’importance à l’éducation alternative, l’alphabétisation et l’éducation des adultes, surtout à la formation technique et professionnelle. S’agissant du financement et de la gestion de tout ceci, a-t-il poursuivi, l’Etat devrait maintenir au moins le niveau actuel de financement du secteur au regard des ambitions du PAG et du PND et ce, en dépit de l’évolution du PIB. En matière de gouvernance, la coordination sectorielle connaît des dysfonctionnements à certain niveau, a relevé le consultant. Cette lettre a également défini de grandes orientations dont les repères du cadrage, les principes directeurs et les priorités de la politique sectorielle, les visions de développement du secteur de l’éducation et de la formation d’une part, puis les orientations stratégiques de développement du secteur de l’éducation et de la formation ainsi que les performances attendues à l’horizon 2030 d’autre part. A la fin de l’exposé, les acteurs du système éducatif réunis, se sont prononcés, formulant des recommandations qui seront sûrement intégrées dans le document pré-validé.

Estelle DJIGRI & Adjéi KPONON

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir