banner ong educaction

L’idéologie de la ‘‘Rupture’’

Une journaliste m’a posé, la dernière fois, une question intéressante à savoir à quoi sert la philosophie ou tout simplement les philosophes ? J’ai répondu à développer des idées.

Mais cette réponse a-t-elle été bien comprise ?
Aujourd’hui, ce qui importe le plus à chaque homme, à priori, c’est son pain quotidien ; vivre pour la plupart d’entre nous est une aventure, une longue lutte contre la pauvreté, un chemin vers ce que nous pensons être l’aisance ou la richesse. Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n’est pas le pain qui fonde l’homme, mais les idées. C’est pourquoi, au fil des siècles, il y a toujours un petit groupe d’hommes inspirés et en avance qui structurent, façonnent et orientent le monde en utilisant la force des idées et des idéologies. Pour ce faire, ils ne sont ni croyants, ni mécréants ; ils dépassent les limites de la richesse pour en arriver au pouvoir, au vrai pouvoir qui permet de déplacer des hommes, des montagnes, des frontières.
Lorsque nous transposons ces éléments dans le monde, on se rend compte des expériences diverses qui se sont mises en place aujourd’hui à travers les types de dirigeants qui émergent dans certains pays et qui ne sont pas nécessairement des hommes intelligents, mais qui à l’évidence sont mises en place par ces personnes plus importantes ayant le génie de la manipulation ; des dirigeants qui nous occupent et nous préoccupent, qui nous affament et nous tuent sans pitié parce que simples exécutants: partout où il y a des velléités, on crée des guerres ou des affaires et la morale, c’est justement qu’il n’y a aucune morale ; rien que de la manipulation.
Faisons une transposition peut-être plus positive dans notre pays: vous constaterez que chaque gouvernement qui vient propose un slogan: point n’est besoin de citer ceux de la période révolutionnaire. Lorsqu’on regarde de plus près, l’ère Yayi a proposé le ‘‘Changement’’ et ensuite la ‘‘Refondation’’. Actuellement, nous sommes dans le processus de la ‘’Rupture’’ et du ‘‘Bénin révélé’’. Toutes ces affirmations ont comme seul but de développer une idéologie à laquelle le peuple adhère. Car, dites-vous, c’est l’idéologie qui fonde le monde: depuis des décennies, les sociétés occidentales nous ont vendu l’idéologie de la démocratie et du libéralisme. Si vous osez aujourd’hui creuser ces deux notions, examiner leur contenu, vous ne retrouverez que de la prédation, de la corruption et l’asservissement de la grande partie du monde par d’autres qui créent des guerres, fomentent des crises dans les pays pleins de richesses du sous sol, de richesses humaines. Nous n’y pouvons rien: c’est l’idéologie, c’est-à-dire un ensemble d’idées structurées et véhiculant des préceptes ressassées de toutes les manières, à longueur de journée, qui façonnent les humains et les mettent au rang de moutons qui ne réfléchissent plus et qui ne cherchent qu’une chose chaque jour à savoir une bouchée de pain. En effet, quand vous avez faim, à un certain moment, on se révolte. Mais si celui qui vous prive a une bonne idéologie qui vous montre que vous vivez dans un pays formidable et que bientôt et très bientôt, vous serez heureux, vous acceptez. On peut encore mieux faire si dans le cœur du peuple, on a su développer grâce au travail pernicieux d’une certaine religion (La religion est l’opium du peuple) la notion de péché exacerbé; celle de conscience morale, de pardon et de charité.
Alors, comme partout, le peuple est heureux. Regardez par exemple : l’Américain, quel qu’il soit, est sincèrement convaincu d’être supérieur aux autres hommes ; le Français est «parfaitement conscient» d’être supérieur aux Africains qui le nourrissent depuis des décennies à travers le CFA, l’uranium du Niger et plusieurs autres ressources. Ce ne sont pas des récriminations, mais des constats !
Au Bénin, l’idéologie de la rupture est en train de se mettre en place même si elle ne possède pas toujours de très grands théoriciens, car jouant un peu trop sur la simple désinformation ; la création des actualités de scandales pour détourner le peuple de l’essentiel alors qu’il existe des techniques plus porteuses et qui à terme, façonnent un peuple plus structuré et plus travailleur comme le peuple allemand : affaire à suivre !

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe