banner ong educaction

Mahougnon ou Maoudi : la main de DIEU

Bienvenu Mahougnon ! Maoudi te salue ! Aussi étonnant que cela puisse vous paraître cette phrase, je l’ai déjà plusieurs fois dite à notre nouveau Ministre en charge du Secondaire et de la Formation Technique et Professionnelle.

Et avec sa bonhomie habituelle, il me répond : Mahougnon te salue aussi.
Exit le soldat KOKOU ! L’uniforme était trop grand peut-être. Mais il me semblait que, peu à peu, il prenait ses marques mais, c’est connu, dans l’éducation, il ne faut pas tergiverser, tâtonner, même si l’ensemble était passable. Au revoir ‘’soldat’’ et bonne arrivée Mahougnon, « fils de Dieu, né du vrai Dieu ; lumière, né de la lumière ». Attention, ce n’est pas pour blasphémer, mais pour annoncer l’arrivée d’un homme au nom prédestiné.
Il faut donc constater que seul l’enseignement secondaire a changé de titulaire dans l’éducation : et c’est une gageure. Ce sous-secteur est la seconde priorité du Gouvernement béninois et dans un contexte de véritable précarité, d’une éducation peu en adéquation avec le marché de l’emploi, on attend du secondaire, surtout technique et professionnel des miracles. On comprend alors pourquoi dans sa grande sagesse, notre Président a eu recours à DIEU. Et dans sa grande bonté, ‘’IL’’ a répondu.
En même temps, dans un pays où à l’évidence, la quasi majorité n’attend que des miracles, le Ministre pourra facilement compter sur les laudateurs, qui, tels pour proposer la bouteille d’huile sainte salvatrice ou tels autres pour quelques rasades d’eau bénite sans compter le grand nombre habitués aux messes, aux neuvaines et autres agenouillements de circonstances. Il s’agirait selon plusieurs esprits bienfaisants d’acheter les cierges en dizaines de cartons afin de faire de l’économie. Bref dans un pays où sur les profils whatsapp, tout le monde est devenu chrétien (ces quasi-mécréants adeptes de pratiques peu recommandables pour la plupart pensent tromper DIEU « vade retro satanas ». Mais, passons, c’est un autre débat qu’on fera plus tard), le secours ne manquera pas à notre nouveau Ministre oint de DIEU.
S’il est vrai que nous sommes obligés de nous attendre à tous les miracles possibles dans notre société où notre ordinaire de pauvreté et de misère physique, intellectuelle et morale nous a réduit au rang de zombies, on se demande s’il n’est pas temps de compter sur un homme, dont le passé dans les méandres les plus difficiles de l’école à savoir la Direction des Examens et Concours, nous ouvre une porte d’espoir pour le renouveau d’un sous-secteur difficile.
Le miracle que nous attendons ici, c’est celui de l’homme quasi-providentiel, sinon tout simplement concret et précis qui va enfin s’atteler à un travail plus rigoureux et plus efficace. En ce moment où le Bénin est en train d’écrire son nouveau Plan sectoriel de l’éducation (Pse), il s’agira très rapidement de faire un point rapide, exhaustif et fonctionnel de l’existant qui porte sur les hommes et les ressources. Après une administration essentiellement centrée sur le pédagogique avec des individualités au demeurant admirables pour la plupart, il s’agit d’équilibrer l’administratif, d’identifier ceux qui ont effectivement participé à la rédaction du plan sectoriel et qui sont souvent au niveau de la planification et d’équilibrer le système. En outre, le Ministère devrait identifier à travers un séminaire d’orientation de deux jours au plus les grands ensembles, les priorités.
Ce qui prend du temps aux nouveaux Ministres, c’est le quotidien fait de réunions, d’audiences aussi inutiles les unes que les autres, et les urgences avec un téléphone qui n’arrête pas de sonner à cause des amis, des frères anciens, très anciens qu’on redécouvre, de nouveaux frères habiles dans la flatterie et qui comme des spermatozoïdes, s’agitent à l’extrême pour atteindre le but ultime et commettre ici l’irréparable. Attention donc! Prenons le temps de nous préoccuper de ce qui nous a amené dans le Ministère.
En attendant, AVE Mahougnon ! Ceux qui ne veulent pas mourir te saluent. Maoudi aussi.

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe