banner ong educaction

Notre TALON !

J’aurais voulu m’intéresser à l’actualité de l’élection rectorale à l’UAC et peut-être déclarer ma flamme à l’une des listes à savoir «Nouvelle vision», pour ne pas la nommer !

Mais, il y a une actualité plus brûlante que m’impose ma fille de 11 ans à la maison par ses questions répétées et lapidaires : Tiens papa, on a renvoyé TALON de France ? Qu’est-ce qu’il a fait ? C’est notre Président non ? Il vivait là-bas non ?
Que voulez-vous que je puisse répondre de manière cohérente à cela ! Que dire à cette petite fille d’une dizaine d’année qui se mêle maladroitement de ce que j’ai pensé être de la politique ? J’ai l’impression, pour un éducateur, de ne pas avoir dit des choses convaincantes : J’ai voulu expliquer, convaincre mais pour cette génération du whatSapp et de l’Internet, il faut aller à l’essentiel et répliquer par des réponses aussi lapidaires et précises que notre Président TALON a des résidences en France et compte tenu de certaines contingences que nous, peuples, ne sommes pas sûrs de maîtriser, il n’a pas pu rencontrer le Président Macron.
J’ai répondu : «Qu’est-ce que tu dis ? Où as-tu appris ça ? Réponse : C’est sur Internet, à la télé et les amis en ont parlé à la récré. Tu connais un tel, son père a même dit que....Bref !
Attention ! Faisons attention à tout ce que nous disons, à tout ce qui s’écrit, car nos enfants nous écoutent et s’éduquent à partir de nos attitudes, voire de nos turpitudes. Dans cette affaire, moi qui ne suis pas très intéressé par les méandres politiques que je laisse à d’autres spécialistes, je me retrouve en train de vouloir trop expliquer et bégayer devant ma fille car, dans l’actualité politique que j’ai suivie d’un œil, notre pays est allé essuyer un camouflet dans un autre pays qui ne vaut pas nécessairement plus que nous.
Face à cette situation, les esprits éclairés et autres partisans s’en sont donnés à cœur joie et, nos mauvaises habitudes d’individualisme se sont manifestées et comme l’a souligné Emmanuel MOUNIER, notre «...intellectualisme fait de méchanceté et de mesquinerie...» pour lequel il n’y a jamais d’union sacrée, a pris le dessus.
Mais où allons-nous, nous qui n’avions jamais d’équipe nationale ? Quand pourrions-nous prétendre à la coupe du monde quand nous ne savons pas supporter notre équipe nationale parce qu’elle ne comporte pas des gens de notre région ou de notre parti.
TALON est-il notre Président ? OUI ! A-t-il été renvoyé de la France où il a une résidence : NON ! A-t-il subi un camouflet ? Apparemment OUI ! Mais comment vivre ce débat ? Ce qui me désole dans cette affaire, c’est que je sois obligé de bégayer devant ma fille et de ne pas la convaincre ! Je sais que cela ne dit rien à ceux qui ont l’habitude d’éduquer leurs enfants à coup de millions de francs perçus dans les affaires d’honorables ou qui pensent que former l’opinion de nos enfants par l’exemple et la conscience du devoir accompli n’est pas le plus important. Qu’importe, leurs enfants iront en France ou au Canada poursuivre leurs études !
Il reste la large masse qui souffre et parmi eux, des gens qui croient encore à la vertu de l’éducation et qui pensent que quand notre pays est en jeu, il faut former une équipe, une union sacrée et dans le cas d’espèce, parler un peu, se taire beaucoup.
C’est vrai que nous pourrons retenir aujourd’hui un principe : Le monde d’aujourd’hui ne se pose pas vraiment les problèmes idéologiques de démocratie ou de totalitarisme ; il est juste un rapport de forces et dans ce rapport de forces, il y a des pays comme le nôtre qui sont au bas de l’échelle, malgré nos potentialités.
Notre Gouvernement est-il exempt de reproches, ratiocinant à longueur de journée le PAG et ensuite le RAVIP, pendant que le peuple meurt de faim. Mais est-ce une raison pour que nous tolérions qu’on puisse porter atteinte au premier des Béninois actuellement ?
La morale de cette histoire reste la même : que vais-je dire à ma fille ? On peut le dire autrement : Quel pays laisserons-nous à nos enfants, mais aussi quels enfants laisserons-nous à ce pays ?

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe